La FAO formalise un cadre institutionnel de partenariat avec La Via Campesina

La FAO et La Via Campesina, le plus grand mouvement paysan international regroupant plus de 200’000 producteurs à travers le monde (164 organisations dans 79 pays), ont formalisé un cadre institutionnel de partenariat. Elles ont défini les projets de collaboration dans les domaines d’intérêt commun. Uniterre et l’autre syndicat, les 2 membres suisses de La Via Campesina, saluent cet événement qui résonne comme une reconnaissance du travail accompli depuis 20 ans par notre mouvement !

Par cet accord, la FAO reconnaît l’importance de La Via Campesina «dans son rôle de coordination des voix des producteurs à travers la planète et pour la construction de sociétés libérées de la faim, la malnutrition et fondées sur la solidarité, l’équité et la justice sociale». Elle relève également la force de propositions et d’innovations dont a su faire preuve La Via Campesina depuis sa création en 1993, dans une vision et une attitude non corporatives. Dans un interview, Jose Graziano da Silva, Directeur général de la FAO cite comme exemple le concept de souveraineté alimentaire, lancé en 1996 déjà par La Via Campesina.

Cet accord s’insère dans la nouvelle stratégie de la FAO pour encourager les partenariats avec la société civile. La FAO précise «qu’elle appuiera la participation effective de La Via Campesina dans les processus politiques à différents niveaux et favorisera le dialogue pour l’élaboration d’initiatives locales durables, de projets et d’interventions d’urgence. Ce partenariat reposera sur l’échange de connaissances, le dialogue pour la conception de politiques et la coopération dans le cadre d’activités normatives. Il permettra d’analyser également une série de questions telles que la terre, les semences et les pratiques agro-écologiques des petits agriculteurs».

Du côté de La Via Campesina, Elizabeth Mpofu, paysanne du Zimbabwe et nouvelle Coordinatrice générale de La Via Campesina se réjouit de ce nouveau partenariat : «Le voyage a été long et nous sommes très heureux d’être ici aujourd’hui. Je veux croire que la collaboration que nous instaurons sera le point de départ de nombreux changements. C’est un pas important dans les efforts que nous menons auprès des instances onusiennes et des gouvernements pour orienter les politiques agricoles vers la souveraineté alimentaire». A l’occasion de cette rencontre, La Via Campesina a relevé également l’importance du rôle des femmes et des jeunes dans l’agriculture.

Outre la FAO, La Via Campesina avec un forte implication d’Uniterre, travaille depuis plusieurs années au niveau du Conseil des Droits de l’Homme à Genève afin qu’une Déclaration internationale sur les droits des paysannes et des paysans soient rédigée. Elle est en cours d’élaboration.

Contacts presse

(D/F) Ulrike Minkner, Présidente Uniterre 032 941 29 34, u.minkner@uniterre.ch 

(F) Valentina Hemmeler Maïga, secrétaire syndicale d’Uniterre, 079 672 14 07, v.hemmeler@uniterre.ch 

Cet article est disponible en