« Globaliser la lutte » n’est pas qu’un slogan, c’est une stratégie politique

Plus de photos de la conférence intermédiaire ici. (Izmir, 23 février 2016) Du 21 au 25 février, La Via Campesina tient sa conférence de mi-parcours (Midterm), qui inclut l’Assemblée des Femmes et l’Assemblée des Jeunes, près de Seferihizar, en Turquie. Les conférences de mi-parcours ont lieu tous les deux ou trois ans, après les conférences internationales et sont l’occasion d’évaluer le travail et de poursuivre les actions et les engagements décidés lors de la Conférence Internationale précédente. La dernière Conférence Internationale a eu lieu à Jakarta (Indonésie), en 2013. On attend, pour cette Conférence de mi-parcours, plus d’une centaine de femmes et d´hommes représentant les organisations de petits paysans du monde entier.

En Turquie, l’organisation hôte est la Fédération des unions de paysans et d’agriculteurs (Çiftçi Sendikaları Konfederasyonu), qui travaille au renforcement de la capacité organisationnelle des paysans et des agriculteurs afin qu’ils puissent prendre part à la lutte globale pour la terre et la souveraineté alimentaire – par opposition aux politiques néolibérales des grands groupes transnationaux.

La Via Campesina est le mouvement international de paysans et de petits agriculteurs le plus représentatif. Depuis 20 ans, sa voix s’est agrandie et sa lutte s’est étendue dans le monde entier. Les objectifs de ses stratégies et campagnes incluent : la reconnaissance totale du rôle des paysans et des petits agriculteurs dans la production de l’alimentation saine ; la défense de semences locales ; l’accès à la terre des paysans et petits agriculteurs. La Via Campesina travaille à influencer le développement de politiques publiques à travers le plaidoyer auprès de gouvernements nationaux et d’institutions internationales, telles que le CSA (Comité de la sécurité alimentaire mondiale), la FAO, le FIDA et le Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Au niveau des Nations unies, La Via Campesina apporte des contributions majeures aux initiatives pour renforcer la défense des intérêts des paysans et des agriculteurs, telles que la Déclaration des Droits des Paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales, et les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts.

La solidarité internationale

Parmi les principales valeurs fondatrices de La Via Campesina, figure la solidarité et l’internationalisme. Pour cette raison, le 26 février, les délégué-e-s de la Conférence de mi-parcours en Turquie rendront visite à des paysans et petits agriculteurs – femmes et hommes – membres du syndicat Çiftçi Sendikaları Konfederasyonu à Seferihizar, Izmir, qui ont été affectés par la fracturation hydraulique. Cette technique d’ingénierie géologique, utilisée pour extraire le gaz de schiste, a d’importants effets négatifs sur la santé humaine et l’environnement, principalement car elle pollue l’eau.

Vers la 7e Conférence de La Via Campesina

La conférence internationale de La Via Campesina a lieu tous les quatre ans. C’est l’instance principale de discussion et de prise de décisions collectives. La Conférence Internationale est l’espace privilégié pour développer des priorités communes pour le mouvement paysan et de petits agriculteurs dans le but de construire une alternative au système agricole et de production alimentaire actuel. C’est l’endroit où le chemin proposé par La Via Campesina est promu – celui du respect des droits des paysans et petits agriculteurs, par opposition au pouvoir des grands groupes transnationaux.

La Via Campesina a tenu ces dernières Conferences Internationales à Mons (Belgique) (1993), Tlaxcala (Mexique) (1996), Bangalore (Inde) (2000), Sao Paulo (Brésil) (2004), Maputo (Mozambique) (2008) et Jakarta (Indonésie) (2013). La prochaine Conférence Internationale aura lieu au Pays Basque en Espagne, en juin 2017.

Cet article est disponible en