France, Méthanisation : action dans la Sarthe contre l’accaparement de terres

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 20 décembre 2018) Une cinquantaine de paysan-ne-s de la Confédération paysanne venu-e-s de l’Orne, de la Sarthe, du Calvados et de la Mayenne ont investi un site où un silo de maïs à ciel ouvert, provenant de près d’une centaine d’hectares, est entassé en vue de l’installation d’un méthaniseur à Saint-Paterne, entre Mamers et Alençon.

Cette action symbolique vise à dénoncer les dérives de la méthanisation et d’un modèle industriel qui accaparent des terres, gaspillent des productions qui ne servent plus qu’à alimenter des méthaniseurs et non à nourrir des animaux. Gaspillage d’autant plus insupportable quand on pense à ceux qui ont souffert de la sécheresse de cette année.

Pour la Confédération paysanne la méthanisation doit dimensionnée à la ferme, en priorité pour sa consommation énergétique, et cohérente avec la disponibilité en déchets dans un territoire géographique proche ; elle doit donc viser l’autonomie énergétique des fermes et les économies d’énergie et limiter drastiquement les apports de cultures dans le méthaniseur. Or c’est tout le contraire qui est à l’œuvre à Saint Paterne.

C’est pourquoi nous dénonçons ces projets incohérents qui accaparent des terres au détriment de la production agricole et ce pour des niveaux d’investissements et de rentabilité qui peuvent favoriser l’endettement, déjà important des paysan.ne.s. Si la méthanisation se développe c’est aussi parce qu’elle donne l’espoir d’un complément de revenu dans un contexte où la production alimentaire n’est plus rémunérée. Et les pouvoirs publics s’en servent et subventionnent pour remplir des objectifs de transition énergétique. Or le besoin de s’affranchir des énergies fossiles ne doit pas se réaliser en développant un modèle d’agriculture industrielle ni en endettant les paysan-ne-s.

La Confédération paysanne n’est pas pour tous les projets de méthanisation, comme elle n’est pas contre tous les projets de méthanisation. Elle est mobilisée pour une méthanisation qui s’inscrit dans un projet qui rémunère les paysan-ne-s leur permet de vivre de leur métier, et ce sans avoir besoin d’accaparer des terres. Face à la course en avant des pouvoirs publics, nous demandons que les aides publiques consacrées à la méthanisation soient plafonnées et dégressives.

Contacts :

– Laurent Pinatel, porte-parole : 06 80 58 97 22

– Thierry Jacquot, secrétaire national : 06 14 99 36 35

– Laurent Leray, porte-parole de la Confédération paysanne de Normandie : 06 71 59 19 62

– Caroline Nugues, chargée de communication : 06 95 29 80 78

Cet article est disponible en