Chargement Évènements

« Tous les évènements

  • Cet évènement est passé

Toutes et Tous DEBOUT pour la Reconnaissance des Droits Paysans et Paysannes

17 avril 2009 / 0h00

17 avril: Journée internationale des luttes paysannes

La ratification de l’adhésion du Conseil Rural pour le Développement le l’Agriculture et la Pêche (CORDAP), comme membre du Mouvement Paysan International entendu, La Via Campesina, pendant sa 5éme Conférence Internationale de Matola – Mozambique, d’Octobre 2008 dernier, a fait du Cameroun un pays membre de La Via Campesina.

Depuis 13 années déjà, les paysans et paysannes (Jeunes, femmes et Hommes) du monde, officient et militent ensemble pour la Souveraineté Alimentaire des Peuples et les Droits des paysans et Paysannes du monde, en se mobilisant autour de La Via Campesina en guise de commémoration de la « Journée Internationale des Luttes Paysannes », qui fut déclarée en 1996 par le Mouvement paysan après la mort de 19 paysans Brésiliens de suite des violences policières lors des manifestations des Sans Terre du MST, pour une réforme agraire transparente et démocratique au Brésil.

Ce 17 Avril 2009, Nous, Paysans et Paysannes du monde membre de La Via Campesina et tous nos ami(e)s et alliés, nous nous mobiliserons partout dans le globe à l’occasion de la 13ème édition de la journée internationale des luttes paysannes. A cet effet, le CORDAP – Cameroun, organisation membre de La Via Campesina, associé avec d’autres organisations de la société civile camerounaise, ensemble, se joindrons aux autres compagnons de luttes paysannes du monde, parce que victimes au quotidien des violences et violations diverses telles que :

(Les violences faites au femmes, la privatisation de nos terres, nos eaux, nos énergies, nos ressources naturelles, la privation de nos droits associatifs, le détournement de nos fonds publics, les guerres d’intérêts,…), afin de réclamer de façon coordonner d’une seule voie :
‘’La reconnaissance juridique des droits paysans’’.

Le temps est au rendez-vous des grands changements et mutations du siècle. Des mutations (écologique, économique, climatique, agricole, alimentaire,…)Qui obligent tous nos dirigeants actuels à se dire la vérité en face, compte tenu de l’urgence sur la vie des générations présente et future ; outre ces multiples crises, à l’occurrence des guerres d’intérêts et civiles que l’on observe depuis des décennies déjà, le moment est donc propices pour le G20, le G8, l’UE, l’ONU, la BM, le FMI, l’OMC et tous les gouvernements des pays pauvres et riches…D’agir impérativement sans attendre pour un monde nouveau plus juste, digne et respectueux des droits de l’Homme, car : une autre mondialisation est possible.

Les pays riches sont pour la plus part, les principaux responsables des crises et empoisonnements de la planète, et doivent dont promptement régler de façon équitable et humaine, tous les dommages qu’ont subies les pays pauvres et leurs paysanneries face au poids de l’impérialisme, du capitalisme à outrance, des tares féodales, des politiques néolibérales et de la mondialisation. Voilà pourquoi nous pouvons dire ici que les colonisateurs sont pour beaucoup à l’origine de ces crimes, et aujourd’hui ils reviennent avec de nouveaux concepts tels que les APE, l’OMC, le marché mondial,…Dites-nous, nous voulons le savoir : ‘’A qui profite la signature des APE  au Cameroun ? ‘’, la réponse est connue d’avance par les parties signataires et non par la population concernée. Mais où va le Cameroun ? Qu’est devenu cette partie de notre hymne national qui dit :  « …Chère patrie, terre chérie, tu es notre seul et vraie bonheur, notre joie et notre vie, à toi l’amour et le grand d’honneur. ».

Au Cameroun, à quoi a servi, et à quoi nous servent les résolutions du Sommet de la Terre de RIO de 1992 au Brésil et sa ratification de Johannesburg (RIO +10) de 2002 en Afrique du Sud ? 17 ans après le sommet de la terre et la ratification de ses recommandations, quel bilan pour le Cameroun vis-à-vis de sa politique de réforme agraire ? Le Peuple à le droit de savoir puisque c’est lui le souverain. Robert MOGABE du ZIMBABWE avait peut-être raison de passer à l’action en 2000 via sa grande politique de révolution agraire zimbabwéenne. Si tel est le cas, qu’attendent donc c’est paires africains pour Agir ? A chacun sont temps. Mais, en paraphrasant le Président de la République française nous disons : «…le temps presse et nous ne pouvons plus attendre…c’est maintenant ou jamais qu’il nous faut Agir… ». Au Cameroun, la corruption demeure l’un des célèbres tours de passe-passe de certaines personnes et personnalités, mais l’heure du jugement est au rendez-vous…Elle est avec nos luttes pour la souveraineté alimentaire du pays, et nous en profitons ici une fois de plus pour apporter notre soutien inconditionnel à nos compatriotes de l’ACDIC et à son Président National, Bernard NJONGA.

En route pour la mobilisation internationale à la reconnaissance des droits paysans.
Après la conférence de La Via Campesina sur les droits paysans du 21 au 24 Juin 2008 en Indonésie et sa 5éme conférence internationale de Matola au Mozambique, nous, paysans et paysannes, membre de La Via Campesina et amis, voulons réaffirmer ce 17 Avril 2009 au niveau mondial et de façon coordonner et solennelle que :

–    Les APE sont un instrument au service du néolibéralisme et de l’impérialisme, puisqu’ils sécurisent les rentes des multinationales et non les besoins réels des populations concernées,
–    L’ OMC tue les paysans et paysannes ;
–    Le marché mondial est un crime contre l’humanité et une vache folle pour les petits producteurs et productrices du monde ;
–    Le FMI et la BM sont des institutions prédatrice et déprédatrices au service  de l’impérialisme, du capitalisme, du féodalisme et de la recolonisation;
–    La reconnaissance juridique de nos droits comme paysans et paysannes est urgent et capital pour la souveraineté alimentaire des Peuples et la réduction de la faim ;
–    Nous disons ‘NON à la guerre, oui à la souveraineté alimentaire’ car la paix na pas de prix ;
–    Nous opposons aux Violences faites aux femmes, et Militons pour la Souveraineté Alimentaire des peuples ;
–    Une autre mondialisation est possible ;
–    Etc.

Le Président National du CORDAP, notre camarade de lutte Pascal NKWE MAKONGO, tiendra une mini conférence de presse au siège de l’organisation sise à Rue Jean Mermoz, Yaoundé, à l’occasion de la 13ème édition de la journée internationale des luttes paysannes, sur le thème :

‘’Sommet de la terre RIO+10, 17 ans après : quelles politiques agraires et agricoles disposons-nous au Cameroun comme alternatives aux crises actuelles et pour la souveraineté alimentaire du Peuple ?’’.

Venez nombreux, vous (journalistes de presse écrite et parler, de l’audiovisuelle et autres, et devenez des Militants pour la Reconnaissance Juridique des Droits Paysans et Paysannes pour ensemble construire la souveraineté alimentaire du Cameroun.

Pour plus amples informations sur la souveraineté alimentaire, veuillez contactez les personnes suivantes :

Cameroun :
Pascal Nkwe Makongo
Président National du CORDAP/La Via Campesina
Tél/Cell. : (+237) 99 80 82 40    B. : (+237) 22 08 45 71
E-mail : cordap_plus@yahoo.fr

Mali/Secrétariat de La Via Campesina Afrique 2 :
Lamine Coulibaly
Staff Afrique 2
Tél/B. : (223) 2286800
E-mail : lamine@cnop-mali.org

Mozambique/Secrétariat de La Via Campesina Afrique 1 :
Isabelle Dos Reis
Staff Afrique 1
Tél/Fax : (+258) 21 32 7895
E-mail : vcafrica@gmail.com

Bien vouloir consulter le site du Secrétariat Opérationnel International de La Via Campesina, pour plus d’infos en navigant sur :
www.viacampesina.org

Le CORDAP vous tend la main !
Globalisons la Lutte !
Globalisons l’Espoir !

 

Détails

Date :
17 avril 2009
Heure :
0h00
Catégorie d’évènement:
Étiquettes évènement :