Déclaration de la seconde Assemblée Mondiale des Jeunes de La Vía Campesina

La campagne est notre vie

La terre nous nourrit,
Les rivières coulent dans nos veines,
Nous sommes la jeunesse de Via Campesina !
Aujourd’hui, nous déclarons l’avènement d’un monde nouveau.
Nous venons des quatre coins du monde ;
Pour nous réunir dans un esprit de résistance ;
Pour travailler à la construction de l’espoir ;
Pour parler de nos luttes ;
Et apprendre aux uns le travail des autres.
Pour nous inspirer des chansons, des musiques et des histoires de chacun ;
Pour construire la solidarité entre nos mouvements ;

Nous repartirons d’ici vers les quatre coins du monde.
Nous porterons ensemble l’esprit révolutionnaire,
La conviction qu’un autre monde est possible,
L’engagement dans la lutte pour notre mode de vie.

Nous lutterons jusqu’à la victoire !
Jusqu’à ce que la jeunesse dans le monde entier
Vive dans les campagnes, en tant que paysans !
Dans la paix et la prospérité.

Quand viendra la répression, nous serons unis et solidaires !
Et nous continuerons la lutte.
Et si une camarade tombe, nous nous lèverons.
Quand il fera froid, nous nous embrasserons pour que le feu de notre lutte embrase nos cœurs ;
Chaque jour, nous mettrons nos corps, nos esprits et nos cœurs dans la tranchée
Et nous lutterons pour la vie !
Et nous lutterons pour La Via Campesina !

Du 16 au 17 octobre 2008, nous, jeunes de plus de 40 pays des 5 continents, paysans et paysannes de différents peuples et cultures membres de La Via Campesina, nous sommes réunis à Maputo (Mozambique) pour célébrer notre seconde Assemblée Mondiale des Jeunes de La Via Campesina.

Nous, jeunesse de la Via Campesina ici présente, face aux inégalités et à la misère qui progressent dans le monde, nous sommes et nous nous sentons comme le présent et le futur d’une nouvelle société qui alimente le monde. Mais nous sommes confrontés à des problèmes communs qui rendent cet objectif difficile.

Le plus grave de nos problèmes est le système capitaliste/néo-libéralisme qui, avec ses moyens de répression, d’extorsion et de propagande, a creusé les inégalités et les injustices dans le monde entier.

Ce système a imposé une agriculture productiviste qui provoque l’abandon du monde rural, les migrations entre régions et rend difficile l’accès à la terre et aux biens naturels. De plus, ce modèle encourage les OGM et la perte de la souveraineté alimentaire et impulse de nouvelles formes de colonisation comme l’agrobusiness. Ces problèmes affectent spécialement les jeunes, les femmes et la classe des travailleurs.

Face a cette terrible réalité, nous, les jeunes de la Via Campesina, avec notre énergie et notre cœur, misons sur un nouveau modèle social basé sur la souveraineté alimentaire des peuples, par le biais d’une réforme agraire intégrale.

Pour ce faire, nous proposons :

  • L’accès a la terre, avec des politiques de soutien à l’installation et au maintien des jeunes en milieu rural, afin d’assurer l’alimentation et le futur de notre planète.
  • La lutte et l’action contre le modèle néolibéral, l’impérialisme, les forces d’occupation, les accords de libre échange, les politiques agricoles imposées par l’OMC, le FMI et la Banque Mondiale, les multinationales, le consumérisme, les OGM, la criminalisation des organisations sociales et des migrations économiques.
  • La solidarité entre les régions en tant que mouvements sociaux qui développent des modèles alternatifs au système néolibéral, par le biais de principes d’intégration réciproque, de complémentarité et de coopération pour dépasser les inégalités sociales.
  • La formation politique et idéologique de la jeunesse, l’éducation populaire et la formation paysanne aux techniques d’agroécologie,
  • L’amélioration de la communication entre les jeunes, hommes et femmes de différentes organisations et cultures et création de réseaux de communications alternatifs comme instrument politique et social pour transformer le modèle dominant.
  • L’approfondissement et l’avancée du débat sur les causes des migrations et la situation de la classe des travailleurs
  • Identifier les écoles de formation politique au niveau international.
  • L’organisation des relations et des alliances politiques, sociales et culturelles entre jeunes des campagnes et des villes en vue de l’unité des jeunes du monde entier pour le changement social et la conquête de la souveraineté alimentaire.

Afin de concrétiser ces propositions, notre plan d’action est la suivant :

  • Créer une commission provisoire des jeunes durant la 5eme Conférence qui dynamise le travail ;
  • Réaliser au moins une rencontre des jeunes par région en 2009;
  • Réaliser un camp international en Espagne fin 2009

Les autres aspects sur lesquels nous travaillerons durant les quatre ans à venir sont :

  • Développer la formation politico-idéologique et technique au sein de chaque région. Elaborer et mutualiser le matériel de formation idéologique lié aux revendications de La Via Campesina. Elaborer une liste des écoles de formation politique au plan international ;
  • Mettre en place et améliorer la communication entre nos organisations, créer des alliances avec d’autres organisations qui luttent pour des objectifs similaires à ceux de La Via Campesina et partager et mutualiser les contenus de cette assemblée avec d’autres organisations amies et d’autres jeunes ;
  • Nous nous engageons à construire, développer et renforcer l’espace consacré aux jeunes dans les organisations nationales, régionales et internationales de La Via Campesina. C’est pourquoi nous demandons l’incorporation de deux jeunes, une femme et un homme, au sein du CCI ;
  • Organiser des actions concrètes contre le modèle néolibéral et en faveur de la souveraineté alimentaire au cours de nos prochaines réunions, rencontres ou assemblées de jeunes de La Via Campesina.

C’est pourquoi nous, jeunes hommes et jeunes femmes de La Via Campesina, nous engageons à continuer la lutte pour la souveraineté alimentaire et pour les droits des paysannes et des paysans du monde entier.

Comme l’a dit Neruda, ils pourront couper les fleurs mais ils n’empêcheront pas le printemps.

Alerte, alerte, alerte, et en marche

La Jeunesse en Lutte de la Via Campesina.

JEUNESSE !!!!

Globalisons la Lutte, Globalisons l’espérance.

Cet article est disponible en