La Conférération Paysanne et ses alliés demandent un moratoire sur les OGM

Communiqué de presse

La confédération paysanne, les Amis de la Terre international, Greenpeace, ATTAC, Oakland Institute, IATP, ont remis aujourd’hui une pétition demandant a l’OMC de respecter le choix de l’Europe d’imposer un moratoire sur les OGM.

 

Cette pétition, signée par 135.000 citoyens et portée par 165 organisations de la société civile représentant plus de 60 millions de personnes exigent un arrêt de l’utilisation des biotechnonologies en agriculture.
 
L’engagement de millions de personnes, confirmée par la votation de la Confédération Helvétique, instaurant un moratoire pour les OGM sur l’ensemble du territoire suisse montre que lorsque la démocratie est autorisée, les citoyens votent toujours contre les biotechnologies qui ne profitent qu’aux multinationales et a leurs actionnaires.
 
L’Organisation Mondiale du Commerce qui doit rendre publique le 5 janvier prochain son rapport intermédiaire sur la plainte qui oppose les Etats-Unis a l’Union européenne sur les OGM doit faire passer les intérêts des citoyens, des paysans et des consommateurs avant ceux de firmes multinationales comme Monsanto qui pillent la planète.
 
Monsieur Pascal LAMY s’était personnellement engage a recevoir le 14 décembre a 15h30 une délégation de la société civile porteuse d’une pétition contre les OGM signée par des organisations internationales représentants 60 millions de citoyens de différents pays de la planète et par 135.000 personnes. Il a finalement préfère se faire remplacer au pied levé par son assistant.
 
Monsieur Pascal LAMY s’était personnellement engage a recevoir le 14 décembre a 12h00 une délégation de l`UNICE, le cartel des patrons européens, le MEDEF étant le représentant pour la FRANCE. Il est arrive a l’heure, détendu et disponible. A serre les mains et discute sérieusement de choses sérieuses.
 
Question : Quelles sont selon vous les priorités de Pascal LAMY ? Les intérêts des multinationales ou les préoccupations des citoyens ?
 
Contact : Gerard DURAND, Jose Bové.

Ce article est également disponible en %s.