Haïti : « Ni hybrides, ni OGM, mais des semences paysannes »

Entretien avec Jean-Baptiste Chavannes, porte-parole du Mouvement paysan de Papaye (MPP) à Haïti, par Frédéric Guérin, administrateur d’Inf’OGM et Claire Chauvet, sur la situation générale à Haïti après le passage du cyclone Matthew, et sur la réalité de l’agriculture, des paysans et de l’aide internationale.

Inf’OGM - Quelle est la situation des agriculteurs après le passage du cyclone Matthew ? Les médias occidentaux parlent de risque de famine...

Jean-Baptiste Chavannes, MPP - La situation des familles paysannes était très difficile avant le passage du cyclone Matthew car l’année dernière la sécheresse avait anéanti 80% des récoltes. Ainsi Matthew a trouvé les paysans dans une insécurité alimentaire déjà aiguë. Le Conseil National de Sécurité Alimentaire (CNSA), une institution étatique qui sous-estime généralement la réalité, parlait de quatre millions de personnes en état d’insécurité alimentaire grave en juillet 2015. Quant à nous, nous estimons que ce sont huit millions de personnes - dont la majorité se trouve paradoxalement en milieu rural – qui souffraient de la faim l’année dernière.

Lire la suite : Haïti : « Ni hybrides, ni OGM, mais des...

Droits des agriculteurs contre privatisation des semences

(Bali, le 3 octobre 2016) Du 27 au 30 septembre s’est tenue à Bali en Indonésie la troisième Consultation mondiale sur les droits des agriculteurs convoquée sous l’égide du Traité International sur les Ressources Phytogénétiques pour l’Alimentation et l’Agriculture. Pour la première fois, les représentants du mouvement mondial La Via Campesina qui représente plus de 200 millions de petits paysans du monde et de la Plateforme mondiale pour la souveraineté alimentaire (IPC), mouvement auto-organisé des producteurs de nourritures, cultivateurs, éleveurs, pêcheurs et peuples indigènes, ont été formellement invités à participer aux débats. Alors que lors des consultations précédentes, seuls quelques paysans choisis par les organisateurs étaient invités, ce furent cette fois-ci les délégués choisis par les organisations paysannes elles-mêmes qui purent s’exprimer. Cette invitation marque une évolution du Traité vers des pratiques plus démocratiques se rapprochant de celle de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) qu’il serait souhaitable d’institutionnaliser.

Lire la suite : Droits des agriculteurs contre privatisation...

France : Le Conseil d’Etat interroge la légalité de la culture des OGM cachés

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne


(Bagnolet, le 4 octobre 2016) Suite à sa saisine par la Confédération paysanne et 10 associations, le Conseil d’État a décidé de demander à la Cour de Justice de l’Union Européenne si les OGM issus de nouvelles techniques de génie génétique doivent ou non être réglementés, en regard de la règlementation en vigueur et du principe de précaution. Alors que depuis 10 ans la Commission européenne refuse de trancher cette question, la Cour de Justice devra donner sa réponse dans les 18 mois.

Lire la suite : France : Le Conseil d’Etat interroge la...

Travailler au sein du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour mettre en oeuvre les droits paysans

Communiqué de la Via Campesina

La Via Campesina réclame un groupe de travail incluant les organisations paysannes au sein du Traité international sur les ressources phytogénétiques afin de permettre la mise en œuvre des droits des paysans.

(Bali, le 30 septembre 2016). Lors de la consultation mondiale sur les droits des paysans, organisée par le Gouvernement indonésien et avec l’appui du gouvernement de la Norvège et du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture (TIRPAA), qui s’est tenue à Bali du 27 au 30 septembre, une délégation représentant le mouvement paysan mondial, La Via Campesina, s’est jointe à la société civile pour réclamer la participation de la société civile, des peuples autochtones et des organisations paysannes aux processus de prise de décisions les concernant. Ils demandent au Traité de constituer un groupe de travail sur les droits des paysans avec une représentation suffisante d’organisations de paysans et de peuples autochtones.

Lire la suite : Travailler au sein du Traité international sur...

Informations supplémentaires