Le Traité sur les semences va-t-il devenir un outil de biopiraterie?

Communiqué de presse de la Via Campesina

(Rome, 5 Octobre, 2015) La Via Campesina accompagnée d'autres mouvements sociaux est venue à Rome pour alerter l'organe directeur du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture (ITPGRFA), réuni du 5-9 octobre, sur les menaces que représentent les nouveaux brevets sur les semences natives. Le Traité est le seul accord international qui reconnaît clairement les droits des agriculteurs à conserver, utiliser, échanger et vendre leurs semences. Mais si les États Membres du Traité ont la responsabilité de la réalisation de ces droits, rien à ce jour n’ a été fait en ce sens. Jusqu'à présent, le Traité n'a pas été en mesure de réaliser le partage des avantages promis. L’industrie a utilisé nos semences pour réaliser ses propres sélections mais n’a jamais rien payé. Au contraire, plus de 10 ans après son entrée en vigueur, nous avons vu un changement vers les brevets sur les gènes de nos semences natives, transformant ainsi le Traité en un outil de la biopiraterie au service de l’industrie.

Lire la suite : Le Traité sur les semences va-t-il devenir un...

Vous êtes en train de tuer le traité international des plantes

Message des réseaux de semences paysannes aux gouvernements membres du Comité directeur du Traité international des plantes (TIRPAA) réunis à Rome du 5 au 9 octobre 2015

Par ce message, nous venons vous dire que vous êtes en train de tuer le Traité. Celui-ci organise désormais le vol de nos semences et de nos connaissances. Nous ne pouvons plus dans ces conditions continuer à les donner aux chercheurs et autres prospecteurs qui viennent les collecter dans nos champs pour les remettre aux banques de gènes du Traité. Tant que vous n'aurez pas interdit tous les brevets biopirates, tant que les agriculteurs n’auront pas le droit de conserver, d'utiliser, d'échanger et de vendre les semences issues de leurs récoltes nous refuserons toute collaboration avec la recherche et les banques de gène qui se mettent au service des multinationales semencières.

Les graines qui sont conservées dans les banques de ressources génétiques du système multilatéral du Traité des plantes (TIRPAA) sont nos semences : héritage de nombreux siècles de sélections paysannes, elles ont été collectées dans nos champs.

Lire la suite : Vous êtes en train de tuer le traité...

Allemagne : Manifestation internationale pour des aliments sans OGM

Dominik Crimi

(Zürich, 12 août 2015) Le 22 août 2015 se déroulera une marche de Zürich au centre de recherche Reckenholz, rebaptisé pour l'occasion Schreckenholz. En ce moment sont cultivés à cet endroit des pommes de terre cisgéniques (OGM) et plusieurs céréals OGM. L'expérimentation est octroyée par OFEV jusqu'en octobre 2019.

Les pommes de terre devraient avoir une résistance contre le mildiou. Des chercheurs de l'université de Wageningen (NL) ont transféré les gènes d'une pomme de terre sauvage à ces dernières. Auparavant, le centre de recherche Reckenholz proche de Zürich avait alors une place de renom dans le paysage de la recherche. Des céréals conventionnelles, qui encore aujourd'hui sont appréciées par des agriculteurs en Suisse comme à l'étranger et sont très productives, furent misent en culture là-bas avec succès. Aujourd'hui, cependant, SchRenckenholz est un lieu tombé dans la déchéance, où l'EPFZ et le secteur du génie génétique prennent leurs aises, malgré le vaste rejet du peuple européen et suisse et les énormes risques pour l'homme.

Lire la suite : Allemagne : Manifestation internationale pour...

France : CRUISER, Confédération paysanne 2 - Ministre/Syngenta 0

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 2 Juillet 2015) Le tribunal Administratif de Versailles a annulé mardi deux décisions du ministre de l’Agriculture d’autorisations des insecticides Cruiser 350 et Cruiser FS donnant raison à la Confédération paysanne. Bien qu’intervenant après une suspension européenne des pesticides à base de thiamétoxam concernant les deux produits de Syngenta, cette décision a son importance. Elle montre en effet que ni l’ANSES ni le ministère de l’Agriculture n’ont tenu compte des exigences de la règlementation en vigueur pour donner leur avis et autorisation. 

Lire la suite : France : CRUISER, Confédération paysanne 2 -...

Informations supplémentaires