Initiative citoyenne européenne pour l'interdiction des glyphosates

Mobilisation de la Confédération Paysanne pour demander l'interdiction du glyphosate

(Bagnolet, le 8 février 2017) La Confédération paysanne est partenaire d'une initiative citoyenne européenne (ICE) demandant l'interdiction du glyphosate et visant à améliorer l'évaluation des risques des pesticides par l'UE et réduire l'utilisation de pesticides toxiques dans l'UE. Pour signer et pour plus de détails, c'est ICI !

Après avoir été classé cancérigène probable pour l'homme par le CIRC,  le glyphosate (principe actif du round up) est revenu dans le processus de ré-autorisation de l'UE en 2016. Alors que les promoteurs du glyphosat escomptaient une ré-autorisation facile pour 15 ans, ils n'ont obtenu de l'UE qu'une autorisation de cette substance pour 18 mois dans l'attente de nouvelles études menées par l'ECHA. Cette année est donc cruciale pour l'avenir de cette molécule dangereuse.

Lire la suite : Initiative citoyenne européenne pour...

Le Traité international des semences refuse de collaborer à la biopiraterie : en France, l’INRA et le CIRAD doivent en faire autant

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 08 février 2017) Le TIRPAA(1) a décidé de se retirer du partenariat qu’il avait conclu avec DivSeek, un consortium de centres de recherche agricole qui organise la biopiraterie au niveau global. C’est une première victoire de la Via Campesina, qui a dénoncé dès 2014 cette planification du vol des toutes les semences du monde, avant d’être appuyée en 2015 par de nombreux gouvernements « du Sud » et des ONG.
DivSeek a été mis en place avec l’argent de la Banque Mondiale pour réaliser le séquençage génétique de toutes les semences détenues dans les banques de gènes des divers pays de la planète. Il publie ensuite ces séquences accompagnées des informations sur les caractères d’intérêt des plantes concernées. L’industrie semencière n’a alors plus qu’à récupérer ces informations pour confisquer toutes les semences paysannes.

Lire la suite : Le Traité international des semences refuse de...

LVC SEAf condamne la récente criminalisation des échanges de semences traditionnelles en Tanzanie

Communiqué de presse de LVC SEAf

Harare: 16 janvier 16, 2017

Les derniers rapports faisant état des lourdes amendes ou des longues peines d’emprisonnement auxquelles s’exposent les paysan-ne-s tanzanien-ne-s en poursuivant les échanges de semences traditionnelles en dehors des zones prescrites par le gouvernement ne sont pas une surprise pour La Via Campesina Afrique australe et orientale (LVC SEAf) et ses alliés. Ils viennent plutôt confirmer nos craintes et ce que nous dénonçons : les systèmes réglementaires d’harmonisation semencière voulus par l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA)[1], la Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition[2], le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA)[3] et la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC)[4]. Suite au tollé des organisations de la société civile, des consultations avec les petits paysans et leurs différentes associations avaient été organisées à la dernière minute et de façon très limitée. À cette occasion, nous avions alerté sur le fait qu’une harmonisation des politiques semencières destinée à promouvoir l’industrie des semences commerciales aboutirait à la criminalisation des systèmes semenciers paysans traditionnels, lesquels reposent, notamment, sur la possibilité d’échanger librement les semences.

Lire la suite : LVC SEAf condamne la récente criminalisation...

France, Gaucho : Halte aux mensonges et à la manipulation

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 17 janvier 2017) La Cour de cassation a rendu son avis le 4 janvier concernant l’insecticide néonicotinoïde Gaucho. Elle fait le constat que l’instruction ne « permet pas d’établir de lien de causalité entre les troubles qui ont affecté les abeilles et le Gaucho ». La Confédération paysanne, qui s’est portée partie civile en 2004, regrette que cette décision soit basée sur un rapport mené par trois experts dont deux ont travaillé auparavant pour Bayer. Cependant, nous tenons à préciser que, contrairement à ce qu’affirme la multinationale, la Cour de Cassation n’a pas exclu le lien entre le Gaucho et la mortalité des abeilles : elle n’a aucune compétence pour le faire !

Lire la suite : France, Gaucho : Halte aux mensonges et à la...

Informations supplémentaires