Brésil : La police envahit une école du MST

Communiqué de la Coordination Européenne Via Campesina

(Bruxelles, le 7 novembre 2016) La Coordination Européenne Via Campesina dénonce avec force l’acte de répression perpétré par la police brésilienne contre les militants du Mouvement des sans-terre qui a eu lieu ce vendredi 4 novembre, à l’Ecole Nationale Florestan Fernandez à Guararema (SP, Brésil).

Cet acte s’ajoute à de nombreuses mesures autoritaires répressives à l’encontre du MST qui ont eu lieu ces derniers mois, à l’image du meurtre de deux de ces membres au printemps dans l’état de Paraná. Ces faits montrent clairement l’actuelle politique dictatoriale de criminalisation des mouvements sociaux dans le pays.

L’Ecole Nationale Florestan Fernandez est un espace de formation important pour les militants brésiliens et internationaux. Le raid qu’y a mené la police est intolérable et sans fondement légal aucun.

Nous réaffirmons que lutter n’est pas un crime ! Et que construire une réforme agraire citoyenne est un droit.

De la Coordination Européenne Via Campesina nous rejetons avec vigueur la persécution et la criminalisation du MST et de ses membres, et exprimons notre solidarité avec ce mouvement social majeur.

#LutarEumDireito  #LaLutteEstUnDroit

Le processus de paix ne s’arrête pas : La Coordination Européenne Via Campesina solidaire des paysan.ne.s colombiens

Communiqué de presse de la Coordination Européenne Via Campesina

(Bruxelles, le 7 Octobre 2016) Véronique Léon, paysanne européenne et ancienne secrétaire nationale de la Confédération paysanne, France, ainsi que Spitou Mendi, salarié agricole membre du SOC-SAT* , Espagne, participaient à la mission internationale de solidarité présente du 19 au 24 septembre en Colombie. L’objectif : soutenir le mouvement paysan dans l’exigence du respect des accords atteints avec le gouvernement national après les mobilisations de ces dernières années. Un objectif qui n’est pas remis en cause par la victoire du « non » ce weekend passé lors du referendum aux accords de paix entre les FARC-EP et le gouvernement de Juan Manuel Santos. 
La problématique centrale concerne le droit à la terre et au territoire des paysannes et des paysans du pays, abordé dans le premier point de l’accord de paix signé entre le gouvernement colombien et les FARC-EP. La mission a observé l’ingérence et les impacts des multinationales, les processus de restitution et d’enfrichements.

Lire la suite : Le processus de paix ne s’arrête pas : La...

Déclaration des droits paysans : "Nous appelons tous les Etats à soutenir ce processus"

Déclaration orale de Ndiakhate FALL lors de la 33ième session ordinaire du Conseil des Droits de l'Homme

Monsieur le Président,
(Genève, le 20 septembre 2016) Je m'appelle Ndiakhate FALL, paysan sénégalais et représentant africain de La Via Campesina. Au nom du CETIM, des organisations de paysans et d'autres travailleurs ruraux en Afrique, nous tenons tout d’abord à remercier Madame Nardi Suxo Iturry, Ambassadrice de la Bolivie et la Présidente du Groupe de travail intergouvememental sur les droits des paysans pour son rapport présenté à la présente session.

Les organisations de paysans africains sont fortement mobilisées sur le projet de Déclaration des droits des paysans. Nous souhaitons que l'essentiel du contenu de ce projet soit maintenu et certains de ses articles soient encore renforcés. Pour nous les paysans, les droits tels que les droits à la terre, à l'eau, aux semences, à la biodiversité, à un revenu adéquat ou à la souveraineté alimentaire sont primordiaux.

Lire la suite : Déclaration des droits paysans : "Nous appelons...

Colombie : Une mission internationale de solidarité sur la situation de la terre et des droits humains

(Bogota, le 9 septembre 2016) Une mission internationale de solidarité avec la Colombie, organisée par La Via Campesina et la “Coordinadora Latinoamérica de Organizaciones del Campo” (CLOC), se déroulera du 20 au 24 septembre. Les objectifs de cette mission sont :- de soutenir le mouvement paysan dans l’exigence du respect des accords atteints avec le gouvernement national après les mobilisations de ces dernières années;

- d'apporter sa solidarité concernant les situations de violation des droits humains, en accordant une attention spéciale à la surveillance de l’application des Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts, que le gouvernement colombien s’est engagé à appliquer.

Lire la suite : Colombie : Une mission internationale de...

Sous-catégories

Informations supplémentaires