Italie : Des repas pour les réfugiés bloqués à Vintimille

Article paru dans le numéro 325 de Campagnes Solidaires. Février 2017

Des citoyennes et citoyens de la région de Nice, dont des paysan·nes confédéré·es des vallées de la Roya et des environs, produisent des repas qu'ils vont distribuer à Vintimille, à la frontière entre la France et l'Italie où sont bloqués des centaines de réfugié·es.

Les migrant·es réfugié·es continuent d'affluer à Vintimille, à la frontière entre la France et l'Italie. Quand nous avons commencé fin mai 2016, ils et elles « squattaient » d'abord à la plage, puis sous un pont routier. Sans aucune aide officielle - ni nourriture, ni sanitaire - sauf celle procurée par des jeunes volontaires venus de toute l’Europe (1). La Croce Rossa, la Croix Rouge italienne, a même été renvoyée, jugée inutile par le ministère de l'Intérieur dont elle dépend.
Ensuite, le Pape ayant secoué les paroissiens italiens, les migrant·es ont été hébergé·es à l'église Sant'Antonio. Là : sanitaires, nourriture en partie fournie par des associations françaises et italiennes bénévoles. Ils et elles étaient alors déjà près d'un millier.

Lire la suite : Italie : Des repas pour les réfugiés bloqués à...

Ensemble pour la déclaration des droits des paysans de l’ONU

Semaine de mobilisation du 15 au 19 mai à Genève pour la déclaration des droits des paysans de l’ONU

Télécharger ici le flyer de la semaine de mobilisation.

Depuis le début des années 2000, La Via Campesina a initié un processus pour obtenir une Déclaration internationale sur les droits des paysans reconnue par l’ONU. Sur la base de plusieurs rapports sur la violation des droits paysans co-rédigés par La Via Campesina, FIAN et Cetim, une première déclaration issue du milieu paysan a été adoptée par La Via Campesina en 2009. Après avoir été saisi de la thématique et suite à une étude complémentaire, le Conseil des Droits de l’Homme a conclu à la nécessité de rédiger une Déclaration internationale de l’ONU sur les droits des paysans et autres personnes travaillant en milieu rural. En 2012, un groupe de travail intergouvernemental a été chargé de rédiger et négocier le texte. La 4ème session de négociation entre Etats, avec la participation de la société civile, se tiendra du 15 au 19 mai 2017. Il se pourrait que ce soit la dernière occasion pour les Etats, comme pour la société civile, de faire des commentaires sur le texte. La Déclaration pourrait ainsi être votée par l’Assemblée générale du Conseil des Droits de l’Homme en 2018 déjà, au plus tard en 2019.

Lire la suite : Ensemble pour la déclaration des droits des...

Brésil : Le MST solidaire de la famille de l'agriculteur assassiné dans l'état du Pará

(21 Mars 2017) Le Mouvement des Sans Terre de l’État du Pará a publié lundi 20 mars après-midi un communiqué pour faire-part de sa solidarité à la famille du militant Waldomiro Costa Pereira, qui a été assassiné le lundi 20 mars au matin à l'hôpital général de Parauapebas.

Waldomiro, qui dans la période récente n'était pas actif dans les instances de direction régionales du mouvement était aussi un militant du Parti des Travailleurs et avait assumé la charge de conseiller au niveau de la préfecture de la ville de Parauapebas. Le MST demande que toute la lumière soit faite sur cette affaire et rejette le climat « d’impunité récurrente » qui règne dans l’état du Pará face aux crimes ayant lieu contre des travailleurs, climat d'impunité qui rend possible une telle violence.

Lire la suite : Brésil : Le MST solidaire de la famille de...

« La nécessité d’une Déclaration des Nations unies sur les droits des paysan/nes ne s’est jamais faite autant ressentir »

Rapport du Congrès mondial des droits des paysan/nes, 7-10 mars 2017, Schwäbisch Hall, Allemagne

(Schwäbish Hall; le 14 mars 2017) Mercredi dernier, en l’honneur de la Journée internationale de la femme, une délégation internationale de femmes a donné le coup d’envoi du Congrès mondial des droits des paysan/nes avec une mystica, tenu dans la région rurale de Schwäbisch Hall, Allemagne.

À l’occasion des discours d’inauguration de l’événement, Elizabeth Mpofu, Secrétaire générale de La Via Campesina, a réaffirmé que « la nécessité d’une Déclaration des Nations unies sur les droits des paysan/nes ne s’est jamais faite autant ressentir ». Les paysan/nes à travers le monde « promeuvent un modèle basé sur la souveraineté alimentaire et soutiennent l’agriculture agroécologique paysanne comme une solution à la crise alimentaire, climatique et sociale. En défendant les droits des paysan/nes et des autres personnes travaillant dans les zones rurales, a-t-elle déclaré, l’humanité est elle-aussi gagnante ».

Lire la suite : « La nécessité d’une Déclaration des Nations...

Sous-catégories

Informations supplémentaires