France, Aide au jeune bovin : Elargir l’aide à tous les éleveurs

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 9 février 2017) Comme on pouvait s’y attendre, l'aide au jeune bovin, qui devait alléger le marché de la viande et donner un coup de pouce aux trésoreries exsangues des élevages allaitants, ne rencontre pas le succès escompté. Alors qu'elle était censée accompagner la sortie de 110 000 taurillons en janvier et février, seuls quelques milliers d'animaux seraient éligibles aux critères drastiques qu'elle impose. En effet, sont uniquement concernés les taurillons abattus à moins de 360 kg de carcasse ou exportés à moins de 670 kg vif (pour lesquels cette aide est illégale depuis la suppression de toute forme de subvention publique à l’export). Cette aide de crise concentrée sur les productions tournées vers l’exportation n’a aucune chance d’être efficace : il faut l’étendre à tous les types d'élevage allaitant !

Lire la suite : France, Aide au jeune bovin : Elargir l’aide à...

France : Monsieur le Premier Ministre, Il n’y a pas que 40 agriculteurs en Limousin, du moins pas encore

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne du Limousin

(Limoges, le 9 février 2017) La venue du Premier Ministre vendredi prochain au centre d’engraissement des 1000 veaux à Saint-Martial-le-Vieux en Creuse suite à l'incendie de décembre dernier interpelle la Confédération paysanne. Cette visite cache mal un soutien effectif à la Fnsea et à son modèle industriel et productiviste !

L'idée d'engraisser en Limousin de manière collective des animaux qui habituellement partaient pour l’Italie pourrait être une bonne initiative. Cependant, la dimension de ce projet, qui rassemble plus de 1000 jeunes bovins de provenances diverses dans un même bâtiment, ne permet l’emploi que de deux ou trois salariés et oblige à des traitements médicamenteux systématiques des jeunes bovins.

Lire la suite : France : Monsieur le Premier Ministre, Il n’y a...

France, Grippe aviaire : Le système industriel enfin mis en cause

 Communiqué et invitation presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 10 février 2017) Le parquet de Paris vient d’ouvrir une enquête préliminaire pour « tromperie aggravée » afin de faire la lumière sur les sources de propagation du virus H5N8. La Confédération paysanne se félicite de cette décision qui va dans le sens de ce que nous affirmons depuis des mois : le système industriel, ultra-segmenté, est largement en cause dans cette crise ! L’industrialisation accrue de la filière dans une fuite en avant permanente conduit en ce moment à l’abattage de millions de palmipèdes et met en danger des centaines de paysannes et paysans. S’il ne fait aucun doute que les industriels s’en relèveront, ce ne pourra pas être le cas des éleveurs !

Lire la suite : France, Grippe aviaire : Le système...

PAC 2020 : Comment faire croire aux citoyens qu’on les écoute ?

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 3 février 2017) La Commission européenne vient de lancer une consultation, marquant le début des négociations sur la nouvelle PAC. La Commission doit enfin prendre conscience que la PAC conduit l’agriculture et les paysan.ne.s droit dans le mur. C’est de courage politique dont nous avons besoin pour construire une nouvelle politique agricole et alimentaire commune (PAAC), ainsi que des politiques publiques, au service des paysan.ne.s et des populations.

Phil Hogan affirme que la PAC 2015 « ne répond pas au nouveau contexte de volatilité des marchés, d’accords commerciaux de libre-échange, de préservation de l’environnement et de changement climatique ». Nous sommes au moins d’accord sur le constat ! Reste à espérer que, en toute logique, la Commission européenne décide, au travers de la future PAC, de garantir un revenu aux paysan.ne.s, de remettre en place des outils de régulation des marchés, de maîtrise et de répartition des volumes, de stopper toutes les négociations d’accords de libre-échange, pour rééquilibrer les aides et d'accompagner les paysan.ne.s dans une transition de systèmes qui permettrait de faire face aux enjeux environnementaux et climatiques. Cependant, nous nous interrogeons sur cette volonté en constatant l’engouement de la Commission pour le développement des assurances privées, dont l'assurance revenu, et les investissements dans les nouvelles technologies (auto-guidage des tracteurs, drone, etc.) qui éloignent les paysan.ne.s de leur savoir-faire et les endettent toujours plus.

Lire la suite : PAC 2020 : Comment faire croire aux citoyens...

Informations supplémentaires