France : Un grand élan pour soutenir l’élevage de plein air

Communiqué de presse commun de la Confédération Paysanne, du Modef et de la Maison du Palmipède

(Bagnolet, 27 mars 2017) Près de 28 000 personnes ont signé la pétition pour défendre l'élevage de volailles en plein air et ses éleveurs! C’est un grand succès pour tous ceux qui luttent pour une production de qualité, respectueuse de l’Homme et de l’environnement. Nous remercions tous les consommateurs et les éleveurs qui nous ont apporté leur soutien, nous remercions aussi les élus et les personnalités qui nous soutiennent,

Lire la suite : France : Un grand élan pour soutenir l’élevage...

France : Bouclage électronique des bovins - attention aux dérives

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 17 mars 2017) Alors que certaines chambres d’agriculture mènent une campagne de désinformation sur l’arrivée prochaine du bouclage électronique obligatoire, la Conf’ tient à mettre en garde les éleveurs contre certaines dérives. Certains EDE (Etablissement départemental d’élevage) ont d’ores et déjà arrêté les commandes automatiques de boucles conventionnelles et demandent aux éleveurs d'acheter le moins de boucles conventionnelles possible, afin d’anticiper la mise en œuvre du puçage électronique au 1e janvier 2018.

La Conf’ tient cependant à informer tous les éleveurs que rien n’est acté. En effet, non seulement la date du 1er janvier 2018 n’est pour le moment qu’hypothétique, mais surtout, le projet global d'identification électronique obligatoire n'est pas assuré de voir le jour.

Lire la suite : France : Bouclage électronique des bovins -...

France, Tuberculose Bovine : donnons un avenir aux éleveurs de Côte d’Or

Invitation à la presse de la Confédération Paysanne : 31 mars 2017 à Dampierre-en-Montagne

(Bagnolet, le 20 mars 2017) Depuis 2001, la Tuberculose Bovine sévit en Côte d’Or, et la gestion de la crise par les autorités sanitaires locales est source d’un profond malaise pour les éleveurs du département.
Courriers menaçants, élevages bloqués, abattages massifs… La liste des mesures est longue et la gestion de crise n’est pas exemplaire, car souvent vécue comme une intimidation par les éleveurs. Localement les services de l’état continuent avec une politique d’abattage qui ne règle absolument pas le problème.  En 2016, 70 % des foyers de Côte d'or étaient des foyers requalifiés puis de nouveau contaminés. Certains éleveurs ont donc dû en 15 ans reconstruire 5 fois leur troupeau !

Lire la suite : France, Tuberculose Bovine : donnons un avenir...

PAC : Toujours plus d’assurances privées au détriment de la prévention et de la transition

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 16 mars 2017) Le ministre de l’Agriculture a présenté en CSO ce mardi 14 mars ses propositions concernant la gestion des risques en agriculture. Les outils permettant de développer la prévention et la résilience des fermes existent déjà. Il s’agit des financements aux MAEC et des aides à la bio, ceux-là même qui n’ont pas encore été payées pour les années 2015 et 2016, et ces mêmes outils manqueront cruellement de budget pour parvenir à satisfaire les demandes d’ici à 2020.

Le ministre prévoit également de confier la gestion des aléas climatiques aux assurances privées, désengageant de fait l'État de ses responsabilités. Ce soutien au développement de l’assurance climatique privée signe la fin du régime des calamités agricoles. Des montants importants du second pilier de la PAC serviraient à renflouer les caisses d’assurances au lieu de soutenir directement les paysans et de financer la prévention des systèmes de production. Certaines aides à l’installation ou à l’investissement seraient même conditionnées à la souscription d’assurances. Un fonds de mutualisation professionnel, encadré par l’Etat, devrait être abondé par l’ensemble des filières de la production à la distribution pour subvenir aux situations de crises exceptionnelles

Les paysans ont besoin d’un revenu assuré, non pas d’une assurance au revenu. De vraies politiques publiques de régulation des marchés, de maîtrise et répartition des volumes doivent permettre de garantir un revenu à tous les paysans. Des choix ambitieux de budget doivent être retenus en faveur de la transition vers l’agriculture paysanne.

Contacts :

Mikel Hirribaren, membre du Comité national : 06 38 91 04 83

Laurent Pinatel, Porte-parole : 06 80 58 97 22

Baptiste Arvet-Thouvet, Chargé de communication : 06 95 29 80 78

Informations supplémentaires