Les grands thèmes

France : Procès de Jean-Pierre Simon le 2 mai

Invitation à la presse de la Confédération Paysanne

Nos campagnes ne sont pas des poubelles !

(Bagnolet, le 21 avril 2017) Le 2 mai à Bar-le-Duc, Jean-Pierre Simon, paysan de la Confédération paysanne sera jugé pour avoir aidé les opposants au projet d’enfouissement des déchets radioactifs à Bure. Son crime ? Il aurait mis à disposition des opposants son tracteur et sa remorque, ce qui aurait favorisé l’occupation du Bois Lejuc, illégalement accaparé et défriché par l'ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs).
En séquestrant son tracteur depuis presque un an comme « pièce à conviction », la justice veut museler la lutte et empêche Jean-Pierre de travailler. Ce procès est l'occasion pour la Conf’ 

Lire la suite : France : Procès de Jean-Pierre Simon le 2 mai

PAC post-2020 et régulation Omnibus : ECVC plaide auprès des institutions pour une PAC juste pour les paysans et les consommateurs

Communiqué de presse de la Coordination européenne Via Campesina

(Bruxelles, le 21 avril 2017) Dans le contexte du processus de réforme de la Politique agricole commune (PAC) amorcé cette année, la Coordination européenne Via Campesina a réalisé la semaine dernière une série d’actions en vue d’obtenir une PAC davantage orientée vers les intérêts des populations. Pour ce faire, ECVC a répondu au questionnaire de la Commission européenne sur le futur de la PAC, entretenu des conversations avec le cabinet de Phil Hogan afin de fixer un rendez-vous avec le Commissaire et participé à des réunions avec des responsables de la DG AGRI, le président de la Commission agricole du Parlement européen M. Siekierski, ainsi que plusieurs députés européens pour préciser ses attentes et propositions.
Le renouvellement des générations et les nouvelles exploitations, le développement d’une agriculture présentant un impact positif pour le climat et l’environnement, et la fourniture d’une alimentation saine et variée aux citoyens européens, ne peuvent passer que par des politiques plus justes, permettant d’assurer un revenu stable et décent pour l’ensemble des exploitations agricoles et notamment toutes celles de petite dimension qui constituent la vaste majorité des fermes européennes.

Pour cela, l’Europe ne doit pas renoncer– par idéologie – aux outils de régulation des marchés et de maîtrise des productions qui agissent sur les prix des produits. Il faut introduire des outils de prévention des crises, plutôt que des « filets de sécurité », le système d’assurances ou les marchés à terme, qui aggraverait encore la situation des secteurs de l’agriculture et de l’élevage.

Lire la suite : PAC post-2020 et régulation Omnibus : ECVC...

France, Grippe aviaire : l'État doit retrouver le bon sens sanitaire

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 21 avril 2017 ) Alors que l'épidémie de grippe aviaire touche à sa fin, trois élevages basques sont menacés d'abattage préventif. Ces élevages autarciques ont été testés scientifiquement : les animaux n'ont jamais été en contact avec le virus et sont en parfaite santé. Comment pourraient-ils représenter un danger pour les élevages proches en cette période de baisse de la pression virale?

Il s'agit d'un faible nombre d'animaux et aucun déplacement n'est prévu. C’est ce type de considérations qui a déjà amené l'administration début janvier à exempter les élevages autarciques des abattages préventifs.

L'action de la Confédération paysanne, depuis le début de cette crise a été motivée par la logique sanitaire. Nous nous sommes toujours efforcés de poser les bonnes questions : celle du rôle des transports incessants d'animaux vivants dans la filière, celle de l'énorme densité d'animaux sur certains élevages et territoires. Nous nous sommes interrogés sur le bien-fondé des abattages préventifs, qui peuvent être utiles quand la pression virale est trop forte mais qui sont inefficaces quand des dérogations aux mouvements sont permises.

Lire la suite : France, Grippe aviaire : l'État doit retrouver...

France, Consultation européenne sur la PAC : A quoi joue la FNSEA ?

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 19 avril 2017) Depuis le 02 février dernier, la Commission Européenne a lancée une consultation publique intitulée « Moderniser et simplifier la politique agricole commune (PAC) », à laquelle associations de la société civile et environnementalistes ont massivement répondu. C’était sans compter sur la FNSEA, qui a décidé de faire les choses à sa manière puisqu'elle elle encourage ses structures départementales à répondre pour ses adhérents afin de peser face à la société civile. La FNSEA montre ainsi publiquement son mépris pour les institutions européennes
L’objectif premier de cette consultation était de définir les priorités pour l'avenir, à travers une politique commune plus moderne et simplifiée, afin de mieux affronter les défis des années à venir dans le monde agricole. Visiblement la FNSEA n’en a cure puisqu’elle a décidé de contrer la société civile avec la publication d’un guide de réponses, dénigrant les enjeux climatiques et environnementaux constituant pourtant un défi majeur. C'est une posture démocratique pour le moins contestable.

Lire la suite : France, Consultation européenne sur la PAC : A...

OGM cachés : 9 États et institutions européennes donnent leurs avis à la Cour de Justice Européenne

Communiqué de presse commun de 9 organisations

(Paris, mercredi 19 avril 2017) La Cour de Justice de l'Union Européenne (CJE) a communiqué le 4 avril aux parties concernées les contributions que lui ont remis 6 États et 3 institutions européennes (1) ainsi que les organisations à l'origine du contentieux. En décembre 2015, 9 organisations paysannes et de la société civile françaises (2) avaient saisi le Conseil d'État français pour demander:

  • Un moratoire sur la culture des variétés rendues tolérantes aux herbicides (VrTH) qui empoisonnent les sols, l'eau et notre alimentation

  • L'application stricte de la réglementation OGM aux nouveaux OGM cachés commercialisés comme des variétés classiques sans aucune évaluation sanitaire et environnementale, aucun
    étiquetage et aucun suivi. Ces nouveaux OGM cachés sont aujourd'hui principalement des variétés de colza et de tournesol rendues tolérantes aux herbicides suite aux modifications
    génétiques de cellules isolées, multipliées puis régénérées in vitro.

    Lire la suite : OGM cachés : 9 États et institutions...

Campagne pour la libération des prisonniers politiques du Mouvement Sans Terre au Brésil

(Brasilia, 13 avril 2017). Le Brésil vit depuis quelques mois un coup d’Etat d’extrême droite. Le gouvernement illégitime de Michel Temer a intensifié la criminalisation et la répression des mouvements populaires et des luttes sociales, en même temps qu’il a multiplié les réformes néolibérales dans le pays. Ces derniers mois se sont produits plusieurs cas d’arrestations et de persécutions politiques de leaders et activistes populaires, dans le but de démobiliser les mouvements sociaux. Le Mouvement Sans Terre compte actuellement 16 prisonniers politiques dans tout le pays. Ce sont des personnes emprisonnées pour leur activisme et pour leur lutte pour la terre et pour un monde plus juste.

Une campagne a été lancée contre la criminalisation des luttes et pour la libération immédiate des prisonniers politiques du Mouvement des Sans Terre dont Fabiana et Claudelei, emprisonnés depuis novembre 2016 dans l’État de Paraná, et accusés du délit d’organisation criminelle.

Les emprisonnements font partie de l’Opération Castra, commandée par la Police Civile de Paraná. Une autre action de cette même opération fut l’invasion de l’École Nationale Florestan Fernandes – ENFF, sans ordre judiciaire, en novembre passé, dans l´État de Sao Paulo.

Lire la suite : Campagne pour la libération des prisonniers...

France, Colza tolérant aux herbicides : la Confédération Paysanne demande un moratoire

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 17 avril 2017) La Confédération Paysanne apporte son soutien à la neutralisation par les Faucheurs Volontaires d’une plate-forme d'essai de colza rendu tolérant appartenant à la firme semencière KWS, qui a eu lieu le samedi 15 avril à Villy le Moutier en Bourgogne. Après le tournesol, c'est maintenant le colza qui est rendu tolérant à un herbicide déjà utilisé sur d'autres cultures comme le blé, la betterave.... L' utilisation de cet herbicide chaque année sur les mêmes parcelles quelle que soit la culture de la rotation va très rapidement augmenter la résistance des adventices et, avec elle, les doses et la toxicité des formulations chimiques des herbicides utilisés. L'air que nous respirons, l'eau des rivières et celle que nous buvons, les aliments que nous mangeons, les sols agricoles, la faune auxiliaire et sauvage seront ainsi de plus en plus fréquemment et fortement empoisonnés.
La plupart de ces variétés sont aussi des OGM cachés brevetés issus de manipulations génétiques de cellules de plantes isolées et multipliées in vitro au laboratoire. Les firmes semencières prétendent qu'il s'agit de variétés conventionnelles parce que l'État refuse d'appliquer la réglementation OGM nationale et internationale. La Cours de Justice Européenne doit se prononcer sur ce sujet suite à un recours en Conseil d'État de la Confédération Paysanne et de 8 autres organisations citoyennes françaises.
La Conf’ demande un moratoire sur la culture des Variétés rendues Tolérantes aux Herbicides tant que leurs impacts sur la santé, l'environnement et les systèmes agraires conventionnels et biologiques n'auront pas été évalués et l'application stricte de la réglementation OGM à tous les OGM cachés.

Lire la suite : France, Colza tolérant aux herbicides : la...

Informations supplémentaires