Les grands thèmes

Ensemble pour la déclaration des droits des paysans de l’ONU

Semaine de mobilisation du 15 au 19 mai à Genève pour la déclaration des droits des paysans de l’ONU

Télécharger ici le flyer de la semaine de mobilisation.

Depuis le début des années 2000, La Via Campesina a initié un processus pour obtenir une Déclaration internationale sur les droits des paysans reconnue par l’ONU. Sur la base de plusieurs rapports sur la violation des droits paysans co-rédigés par La Via Campesina, FIAN et Cetim, une première déclaration issue du milieu paysan a été adoptée par La Via Campesina en 2009. Après avoir été saisi de la thématique et suite à une étude complémentaire, le Conseil des Droits de l’Homme a conclu à la nécessité de rédiger une Déclaration internationale de l’ONU sur les droits des paysans et autres personnes travaillant en milieu rural. En 2012, un groupe de travail intergouvernemental a été chargé de rédiger et négocier le texte. La 4ème session de négociation entre Etats, avec la participation de la société civile, se tiendra du 15 au 19 mai 2017. Il se pourrait que ce soit la dernière occasion pour les Etats, comme pour la société civile, de faire des commentaires sur le texte. La Déclaration pourrait ainsi être votée par l’Assemblée générale du Conseil des Droits de l’Homme en 2018 déjà, au plus tard en 2019.

Lire la suite : Ensemble pour la déclaration des droits des...

Brésil : Le MST solidaire de la famille de l'agriculteur assassiné dans l'état du Pará

(21 Mars 2017) Le Mouvement des Sans Terre de l’État du Pará a publié lundi 20 mars après-midi un communiqué pour faire-part de sa solidarité à la famille du militant Waldomiro Costa Pereira, qui a été assassiné le lundi 20 mars au matin à l'hôpital général de Parauapebas.

Waldomiro, qui dans la période récente n'était pas actif dans les instances de direction régionales du mouvement était aussi un militant du Parti des Travailleurs et avait assumé la charge de conseiller au niveau de la préfecture de la ville de Parauapebas. Le MST demande que toute la lumière soit faite sur cette affaire et rejette le climat « d’impunité récurrente » qui règne dans l’état du Pará face aux crimes ayant lieu contre des travailleurs, climat d'impunité qui rend possible une telle violence.

Lire la suite : Brésil : Le MST solidaire de la famille de...

France : Bouclage électronique des bovins - attention aux dérives

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 17 mars 2017) Alors que certaines chambres d’agriculture mènent une campagne de désinformation sur l’arrivée prochaine du bouclage électronique obligatoire, la Conf’ tient à mettre en garde les éleveurs contre certaines dérives. Certains EDE (Etablissement départemental d’élevage) ont d’ores et déjà arrêté les commandes automatiques de boucles conventionnelles et demandent aux éleveurs d'acheter le moins de boucles conventionnelles possible, afin d’anticiper la mise en œuvre du puçage électronique au 1e janvier 2018.

La Conf’ tient cependant à informer tous les éleveurs que rien n’est acté. En effet, non seulement la date du 1er janvier 2018 n’est pour le moment qu’hypothétique, mais surtout, le projet global d'identification électronique obligatoire n'est pas assuré de voir le jour.

Lire la suite : France : Bouclage électronique des bovins -...

France, Tuberculose Bovine : donnons un avenir aux éleveurs de Côte d’Or

Invitation à la presse de la Confédération Paysanne : 31 mars 2017 à Dampierre-en-Montagne

(Bagnolet, le 20 mars 2017) Depuis 2001, la Tuberculose Bovine sévit en Côte d’Or, et la gestion de la crise par les autorités sanitaires locales est source d’un profond malaise pour les éleveurs du département.
Courriers menaçants, élevages bloqués, abattages massifs… La liste des mesures est longue et la gestion de crise n’est pas exemplaire, car souvent vécue comme une intimidation par les éleveurs. Localement les services de l’état continuent avec une politique d’abattage qui ne règle absolument pas le problème.  En 2016, 70 % des foyers de Côte d'or étaient des foyers requalifiés puis de nouveau contaminés. Certains éleveurs ont donc dû en 15 ans reconstruire 5 fois leur troupeau !

Lire la suite : France, Tuberculose Bovine : donnons un avenir...

Le mouvement paysan à Rome ce 25 mars : programme des actions

Appel à la mobilisation de la Coordination Européenne Via Campesina

(Rome, le 20 mars 2017) Dans le cadre de l'assemblée générale de la Coordination Européenne Via Campesina (ECVC) à Rome du 22 au 25, qui coincidera avec le 60ème anniversaire du traité fondateur de l'Union Européenne, une importante délégation paysanne pan-européenne d'ECVC, rejointe par son membre et hôte ARI (Associazione Rurale Italiana), mènera une série d'action à Rome le 25 Mars pour se battre pour une politique agricole, alimentaire et de développement rural centrée sur les besoins du peuple et non assujettie aux politiques commerciales et aux intérêts des multinationales. ECVC et ses alliés demandent une alimentation saine et de qualité, un travail décent, une politique agraire juste et durable au sein d'une Europe des Peuples et de la solidarité.

Lire la suite : Le mouvement paysan à Rome ce 25 mars :...

« La nécessité d’une Déclaration des Nations unies sur les droits des paysan/nes ne s’est jamais faite autant ressentir »

Rapport du Congrès mondial des droits des paysan/nes, 7-10 mars 2017, Schwäbisch Hall, Allemagne

(Schwäbish Hall; le 14 mars 2017) Mercredi dernier, en l’honneur de la Journée internationale de la femme, une délégation internationale de femmes a donné le coup d’envoi du Congrès mondial des droits des paysan/nes avec une mystica, tenu dans la région rurale de Schwäbisch Hall, Allemagne.

À l’occasion des discours d’inauguration de l’événement, Elizabeth Mpofu, Secrétaire générale de La Via Campesina, a réaffirmé que « la nécessité d’une Déclaration des Nations unies sur les droits des paysan/nes ne s’est jamais faite autant ressentir ». Les paysan/nes à travers le monde « promeuvent un modèle basé sur la souveraineté alimentaire et soutiennent l’agriculture agroécologique paysanne comme une solution à la crise alimentaire, climatique et sociale. En défendant les droits des paysan/nes et des autres personnes travaillant dans les zones rurales, a-t-elle déclaré, l’humanité est elle-aussi gagnante ».

Lire la suite : « La nécessité d’une Déclaration des Nations...

PAC : Toujours plus d’assurances privées au détriment de la prévention et de la transition

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 16 mars 2017) Le ministre de l’Agriculture a présenté en CSO ce mardi 14 mars ses propositions concernant la gestion des risques en agriculture. Les outils permettant de développer la prévention et la résilience des fermes existent déjà. Il s’agit des financements aux MAEC et des aides à la bio, ceux-là même qui n’ont pas encore été payées pour les années 2015 et 2016, et ces mêmes outils manqueront cruellement de budget pour parvenir à satisfaire les demandes d’ici à 2020.

Le ministre prévoit également de confier la gestion des aléas climatiques aux assurances privées, désengageant de fait l'État de ses responsabilités. Ce soutien au développement de l’assurance climatique privée signe la fin du régime des calamités agricoles. Des montants importants du second pilier de la PAC serviraient à renflouer les caisses d’assurances au lieu de soutenir directement les paysans et de financer la prévention des systèmes de production. Certaines aides à l’installation ou à l’investissement seraient même conditionnées à la souscription d’assurances. Un fonds de mutualisation professionnel, encadré par l’Etat, devrait être abondé par l’ensemble des filières de la production à la distribution pour subvenir aux situations de crises exceptionnelles

Les paysans ont besoin d’un revenu assuré, non pas d’une assurance au revenu. De vraies politiques publiques de régulation des marchés, de maîtrise et répartition des volumes doivent permettre de garantir un revenu à tous les paysans. Des choix ambitieux de budget doivent être retenus en faveur de la transition vers l’agriculture paysanne.

Contacts :

Mikel Hirribaren, membre du Comité national : 06 38 91 04 83

Laurent Pinatel, Porte-parole : 06 80 58 97 22

Baptiste Arvet-Thouvet, Chargé de communication : 06 95 29 80 78

Informations supplémentaires