Actions et événements

Déclaration de LVC contre le Traité de Commerce de Libre-Échange de l’UE-Japon

 

 

 

À travers le Mouvement Paysan International de La Vía Campesina[1] ainsi que de ses membres, la Coordination Européenne de La Vía Campesina[2] (ECVC) ensemble avec le Mouvement des Petits Agriculteurs du Japon[3] (NOUMINREN) réclament l’arrêt immédiat des négociations sur le Traité de Commerce de Libre-Echange  entre l’Union Européenne et le Japon. Le soussigné mouvement paysan défend la Souveraineté Alimentaire comme base pour les politiques publiques en lien avec l’alimentation et l’agriculture.

Dans toute l’Union Européenne ainsi qu’au Japon, les corporations transnationales (TNCs) utilisent leur emprise sur les gouvernements afin d’imposer un autre traité de commerce soi-disant “libre” qui rendra la vie des paysans de toutes ces régions encore plus difficile. Lancé en 2013, le Traité de Commerce de Libre Échange entre l’Union Européenne et le Japon a déjà passé 18 étapes de négociations hautement occultées. Avec les États-Unis qui ont enclenché le Partenariat Transpacifique (TPP) et le Partenariat pour le Commerce et l’Investissement (TTIP), la presse médiatique, en alerte contre le protectionnisme et supportant le commerce “libre”, déclare que l’Europe et le Japon sont sérieusement appelés à ratifier l’accord pour la fin de cette année.

Lire la suite : Déclaration de LVC contre le Traité de Commerce...

France, Fruits et légumes : Qui s’inquiète du revenu des paysans ?

Communiqué de presse de la Confédération paysanne

(Bagnolet, le 27 avril 2017) Aujourd’hui se termine le MEDFEL, sobrement nommé le « Salon International d'Affaires de la filière Fruit et légumes de l'EuroMéditerranée », qui a rassemblé plusieurs centaines de logisticiens et de courtiers du pourtour méditerranéen « sous le haut patronage du ministère de l’agriculture ».
Un des objectifs du MEDFEL est, à partir des prévisions de récolte chez les principaux pays producteurs, de permettre aux opérateurs de planifier la commercialisation sur le marché français de fruits et légumes d'été, dont une grande partie, qui ne cesse de croître dans le cadre du libre-échange en Europe, est importée.
Au moment-même où des épisodes de gel détruisent une grande partie des récoltes françaises, les opérateurs du commerce planifient donc en toute sérénité leurs importations de fruits, de légumes et de vins originaires de pays qui n’ont pas connu ce désastre et qui feront pression sur les prix en France. Alors que les paysans, en mal de volumes et en l'absence de véritable plan de soutien de l'Etat, auront plus que jamais besoin de prix élevés pour compenser une partie de leurs pertes.

Lire la suite : France, Fruits et légumes : Qui s’inquiète du...

Belgique : 17 avril 2017 à Perwez, on a planté de la patate

Petit retour sur la journée de mobilisation à Perwez organisée par le Resap (Réseau de soutien à l'agriculture paysanne)

(Perwez, le 17 avril 2017) Environ 200-250 personnes sur la journée  (Environ la moitié de Bruxelles, une cinquantaine de locaux et quelques agriculteurs, et plusieurs personnes venues des autres coins de Belgique...)

  • Beaucoup de pluie le matin - pas mal de soleil en fin de journée !

  • Une marche à travers champs au rythme de la samba et des slogans "des légumes, pas de bitume!"

  • De la boue et beaucoup de terre !

  • Un chantier en béton qui n'a rien à faire au milieu des champs

  • 3 tracteurs des copains agriculteurs et 1 bus de l'Alliance D19-20 pour faire la navette

  • De la presse en radio - télé et presse écrite présente

  • 40 Kg de patates plantées, une buvette et un catering avec 0 reste (sauf des oeufs de pâques)

  • 4 énormes Banderoles accrochées sur le chantier - récupérées - un chouette tag anonyme indélébile laissé sur le chantier...

    Lire la suite : Belgique : 17 avril 2017 à Perwez, on a planté...

Brésil : Situation socio-politique et agraire et criminalisation de la société civile

A l'occasion de la journée mondiale des luttes paysannes, invitation du CNCD-11.11.11, du Comité belgo-brésilien, du CETRI, d'Entraide et Fraternité, de FIAN et Solidarité Socialiste à une rencontre – débat avec : Fábio Pimentel São Mateus - Mouvement des Sans Terres (MST)

(Bruxelles, le 12 avril 2017) Un an après la destitution de la Présidente Dilma Rouseff, le gouvernement de Michel Temer englué dans une crise économique et socio-politique et par les affaires de corruptions, de « viande avariée »,... mets en place une série de mesures qui vont à l'encontre des populations défavorisées, des petits paysans, des populations indigènes, ouvrant l'accès des terres agricoles aux grands investisseurs nationaux et internationaux, renforçant les accaparements de terres, détricotant les acquis sociaux, bloquant les dépenses publiques pour 20 ans, augmentant les inégalités. Selon un rapport publié par la BM daté de décembre 2016, le taux de pauvreté au Brésil a augmenté entre 2015 et 2016 de 8,7 % à 9,6 % de la population affectant 19,6 millions de Brésiliens. Soit le retour de 2,3 millions de « nouveaux pauvres ». Les mouvements sociaux, eux, sont de plus en plus criminalisés et menacés, notamment le MST dont plusieurs militants sont actuellement emprisonnés.

Lire la suite : Brésil : Situation socio-politique et agraire...

Le 17 avril, défendons les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales !

Communiqué de presse de la Via Campesina

(Harare, 17 avril 2017) Aujourd’hui, le mouvement paysan international La Via Campesina commémore la Journée internationale des luttes paysannes[1] sous le signe du renforcement, de la protection et de la reconnaissance des droits humains des paysans. Notre initiative pour une Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales est une des façons de légitimer nos luttes pour construire et renforcer la souveraineté alimentaire dans le respect total et la défense de nos valeurs sociales, culturelles, économiques et politiques. Nous pensons que l’humanité toute entière gagne à défendre les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales.

Des centaines de millions de paysans sont forcés de vivre et de mener des vies indignes à mesure que leurs droits fondamentaux sont rendus de plus en plus vulnérables par la logique capitaliste et néolibérale de maximisation des profits. Nos droits à la terre, à l’eau, aux semences, à la biodiversité, à un revenu décent sont continuellement menacés, niés, violés, usurpés. Nous, les paysans et les paysannes, alors que nous produisons la grande majorité de la nourriture consommée mondialement, continuons de subir la criminalisation et la discrimination.

Lire la suite : Le 17 avril, défendons les droits des paysans...

Belgique : agriculteurs et associations se mobilisent pour une action symbolique à Perwez

Invitation à la presse du Réseau de Soutien à l’Agriculture Paysanne (ReSAP)

(Perwez, vendredi 14 avril 2017) A l’occasion de la journée internationale des luttes paysannes ce 17 avril, plus de 30 organisations – syndicats paysans, ONG, associations environnementalistes et militants – mèneront une action pour protéger des terres agricoles menacées à Perwez. Ensemble nous défendons l’accès à la terre, en Belgique comme ailleurs, mais aussi l’agroécologie, un modèle agricole plus solidaire et la souveraineté alimentaire en Europe comme dans les pays du Sud.

Voir le dossier explicatif complet 

Une action symbolique à Perwez :  Les organisations participantes sont réunies au sein du Réseau de Soutien à l’Agriculture Paysanne (ReSAP) afin de protéger les terres agricoles et défendre le développement de projets d’agriculture paysanne. Elles ont choisi de mener cette année une action symbolique sur le site d’une ferme menacées par la construction d’une route de contournement dans le cadre de l’extension du zoning de Perwez.

Lire la suite : Belgique : agriculteurs et associations se...

Journée internationale des luttes paysannes 2017 : Droits des paysans, droits universels !

Appel à l’action de la Via Campesina

Vers une Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales !

(Harare, Mars 2017) Le mouvement paysan international La Via Campesina appelle ses membres et ses alliés à se mobiliser le 17 avril, Journée internationale des luttes paysannes.1 Cette année, nous souhaitons que le monde entier sache que les paysans, les paysannes et les autres personnes travaillant dans les zones rurales œuvrent sans relâche pour leurs droits. L’initiative pour les droits des paysans, lancée par La Via Campesina il y a 17 ans, est maintenant à un stade avancé pour être reconnue par les Nations unies comme une Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales. Cette déclaration, si elle est approuvée, créera un instrument juridique international pour protéger les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales, et attirer l’attention sur les menaces et les discriminations dont ils sont victimes.

Au XXIème siècle, une telle déclaration est une nécessité urgente et évidente. Les paysans, qui produisent la masse des aliments consommés mondialement, continuent de subir criminalisation, discrimination, déplacements et persécutions malgré l’existence de nombreux instruments juridiques internationaux qui reconnaissent et protègent leurs droits.

Lire la suite : Journée internationale des luttes paysannes...

Informations supplémentaires