« Grâce au féminisme, les gens comprennent mieux les droits des LGBT+ »

Lisez l’interview réalisée par Capire avec une membre du Mouvement populaire des sans-terre (Landless People’s Movement – LPM) d’Afrique du Sud.


Ce mois de juin, marqué par les luttes de fierté LGBT+ et la lutte contre la LGBT-phobie, nous avons interviewé la militante paysanne sud-africaine Enny Myambo sur la réalité de cet agenda dans son pays. Enny est membre du Mouvement populaire des sans-terre (LPM), organisation paysanne associée à la Via Campesina qui lutte pour la réforme agraire et foncière en Afrique du Sud.

« Je suis agricultrice, les semences sont mon héritage ancestral. C’est ce que je défends, ce que je cultive, ce que je partage et garde vivant », dit-elle. Dans cette interview, Enny parle du contexte de la lutte LGBT+ en Afrique du Sud et de sa relation avec la lutte féministe.

En 1996, la discrimination fondée sur la sexualité est devenue un crime en vertu de la Constitution sud-africaine, faisant du pays le premier au monde à disposer de protections formelles pour les droits des personnes LGBT+. Pouvez-vous nous dire ce que cela signifie concrètement ? Quels progrès cette reconnaissance a-t-elle apportés et quels sont les défis actuels à cet égard ?

Les personnes LGBT+ en Afrique du Sud ont légalement les mêmes droits que les personnes non LGBT+. Les droits humains sont considérés comme si importants qu’ils ne peuvent en aucun cas être limités ou suspendus. Les gens sont libres de s’identifier comme ils le souhaitent. Ils peuvent avoir des activités sexuelles et des relations avec qui ils veulent, sans être criminalisés — ce qui n’est pas le cas dans d’autres pays. De plus, le mariage homosexuel est autorisé. Cela signifie que les personnes ne peuvent pas être discriminées en raison de leurs préférences et de leur orientation sexuelle.

Cependant, il y a des défis, en raison des stéréotypes sociaux et culturels et des croyances religieuses. Dans certaines sociétés, cela est considéré comme un péché par les communautés chrétiennes et aussi par les croyances africaines, de sorte que les gens ne peuvent pas sortir du placard.

Il y a encore de la violence contre les personnes LGBT+ dans certaines régions. Cela se produit également parce que quelques personnes se cachent dans leurs communautés, tandis que d’autres reconnaissent leur situation. Ces personnes sont encore plus discriminées que celles qui gardent leur identité secrète.

Comment le mouvement LGBT+ se rapporte-t-il à la lutte féministe ? Quels sont les principaux agendas du mouvement aujourd’hui ?

Dans le cas de la question LGBT+, les préjugés et la violence ont poussé certaines personnes à quitter les organisations, les réunions de famille et même les activités communautaires. La lutte LGBT+ est liée à la lutte féministe car c’est à travers le féminisme que les membres de l’organisation comprennent mieux les droits des LGBT+.

Au début du mouvement, les personnes LGBT+ ne se considéraient pas comme féministes, mais défendaient les luttes LGBT+. Au fil du temps, les féministes qui travaillent avec la lutte LGBT+ dans la LVC [Via Campesina] ont construit leur propre articulation. Cela a fait avancer le débat, ouvert un espace et offert des outils aux personnes LGBT+.

Un petit nombre de personnes LGBT+ ont assisté à la conférence de La Via Campesina et ont défendu une déclaration plus inclusive. La LVC a permis à l’articulation LGBT+ d’avancer dans les débats et de faire de la place à cette population, en luttant pour que ces personnes soient traitées comme des êtres humains et obtiennent une place digne dans la société.

Même s’il y a encore des défis, l’Afrique du Sud représente un espoir pour la population LGBT+ dans de nombreux autres pays africains où il y a persécution, criminalisation et punitions violentes, comme en Ouganda et au Nigéria. Comment cela se rapporte-t-il aux autres pays du continent ? Comment fonctionne la solidarité entre les personnes de différents pays ?

La solidarité est liée à la conscience d’intérêts, d’objectifs, de normes et d’affinités partagés, ce qui crée une notion psychologique d’unité du groupe. La solidarité entre différents pays peut créer des liens dans une société qui unit les gens. Cela peut se faire en organisant des activités de consolidation d’équipe, en facilitant des séances de partage des connaissances ou même en mettant en œuvre des programmes de mentorat.

Dans certains pays, en particulier dans les pays africains, les lois interdisent aux personnes LGBT+ d’accéder aux droits, même que cet accès soit garanti par la loi, les croyances et pratiques traditionnelles empêchent l’exercice de ces droits. La VC comprend que la libération des populations LGBT+ n’est pas un processus individuel, mais collectif. Cela implique la liberté des peuples, qui réside dans l’approche du féminisme paysan et populaire qui identifie la réalité des personnes vivant et travaillant à la campagne.

Depuis quelques années maintenant, La Via Campesina avance une perspective LGBT+ basée sur les nombreuses diversités des habitants des campagnes. Comment se déroule cette lutte dans les zones rurales d’Afrique du Sud ?

La lutte tente d’amplifier le travail productif accompli par les personnes LGBT+ et qui doit encore être reconnu par les habitants des zones rurales. Plus précisément dans ces domaines, il n’est pas facile pour la population LGBT+ de réprimer ses sentiments devant d’autres personnes. Les personnes LGBT+ doivent marcher ensemble, sur un pied d’égalité, dans la communauté, afin qu’il y ait plus de dignité et de justice.

Cette publication est également disponible en English : liste des langues séparées par une virgule, Español : dernière langue.