Capitalisme international et libre échange

Europe: Les manifestations d’agriculteur·rices et l’impasse du néolibéralisme

Depuis les années 1980, diverses réglementations qui garantissaient des prix équitables aux agriculteurs européens ont été démantelées. L’UE a tout misé sur les accords de libre-échange, qui ont mis en concurrence tous les agriculteurs du monde, les incitant à produire au prix le plus bas possible, au détriment de leurs propres revenus et de leur endettement croissant.

‘Journée pour quitter l’OMC’: Les syndicats paysans indiens protestent contre l’Organisation mondiale du commerce.

Selon les informations rapportées, le 26 février, des agriculteurs ont organisé des manifestations contre l’Organisation mondiale du commerce dans plus de 400 centres de district à travers l’Inde. Ils ont remis des pétitions aux responsables de l’État exhortant le gouvernement indien à protéger les programmes de soutien intérieur et les programmes de stockage alimentaire lors de la 13e réunion ministérielle de l’OMC à Abu Dhabi.

Les importations de riz conduisent les agriculteur·rice·s à la faillite et mettent en danger la souveraineté alimentaire : Serikat Petani Indonesia

Le gouvernement a de nouveau annoncé des importations de riz avec un quota de 3 millions de tonnes pour toute l’année 2024. Une partie du riz importé, soit environ 2 millions de tonnes, devrait arriver en janvier-mars 2024. Le gouvernement, par l’intermédiaire du Ministère de Coordination des Affaires Économiques, du Ministère de l’Agriculture, du Ministère du Commerce, de l’Agence Alimentaire Nationale et de Perum Bulog1,

Europe : ECVC présente des suggestions concrètes pour garantir des prix équitables aux paysan·ne·s

Dans un communiqué de presse publié le 27 février, la Coordination européenne Via Campesina a demandé une obligation au niveau de l’UE pour garantir que les prix payés aux paysan·ne·s· couvrent les coûts de production, y compris un revenu décent pour le travail des agriculteur·rice·s et des travailleur·euse·s agricoles ainsi que leurs cotisations à la sécurité sociale.

Paysan·ne·s Coréen·ne·s : La fin du libre-échange ! Arrêtons la conférence ministérielle de l’OMC qui détruit l’agriculture !

La 13e Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) se tient à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (EAU), depuis hier (26 février) pour une durée de quatre jours. La Corée a également envoyé une délégation dirigée par Jung In-gyo, Directeur général des négociations commerciales au ministère de l’Industrie du Commerce et des Ressources, en tant que représentant principal.

Les Accords de Libre-Échange : Échecs Commerciaux Évidents, Urgence et Nécessité d’une Alternative

L’Organisation mondiale du commerce entame cette semaine sa 13e réunion ministérielle à Abu Dhabi. La Via Campesina appelle tous ses membres, les mouvements sociaux alliés, les organisations de la société civile et ses amis du monde universitaire et des espaces politiques – y compris ceux des gouvernements – à se joindre à nous dans cet effort de construction d’un cadre qui peut aider à construire un système de commerce équitable, enraciné dans les principes de la souveraineté alimentaire et de la justice sociale.

La souveraineté alimentaire du Kenya est menacée par la crise de la dette et les accords de libre-échange

Dans un extrait audio d’un séminaire sur les Crises de la Dette, David Otieno de la Ligue des Paysans Kényans souligne cette préoccupation, mettant en lumière plusieurs accords de libre-échange qui facilitent désormais l’importation bon marché de pesticides, d’œufs et de sucre. En janvier 2024, la Ligue des Paysans Kényans a également exprimé son opposition à l’Accord de Partenariat Économique (APE) entre l’Union Européenne et le Kenya.

Les agriculteur·rices indien·nes appellent leur ministère à défendre leurs intérêts lors de la MC13, marquant la ‘Journée de sortie de l’OMC’ le 26 février

La 13e Réunion ministérielle de l’OMC est prévue pour commencer le 26 février, et l’Inde a été l’un des principaux défenseurs des questions vitales de soutien intérieur et de programmes de stockage public (PSH) que les pays en développement et les moins développés souhaitent entreprendre. Les agriculteurs ont également demandé au gouvernement de défendre tous les programmes de soutien interne.