|

Brésil : Le MST et la Question Agraire

Ci-dessous, un extrait du Dossier No. 75 de l’Institut Tricontinental de Recherche Sociale, qui examine les tactiques du MST, ses formes organisationnelles, et explique pourquoi il demeure le seul mouvement social paysan dans l’histoire du Brésil à survivre plus d’une décennie face au pouvoir politique, économique et militaire des grands propriétaires terriens brésiliens. Pour lire l’édition complète, cliquez ici.


À partir du XVIe siècle, ce qui est aujourd’hui le Brésil a été fondé et organisé comme une colonie d’exportation basée sur la grande propriété foncière, le travail esclave et la production de monoculture orientée vers l’exportation. Par la poudre et la croix, l’entreprise coloniale portugaise a créé une rupture violente avec le mode de vie des sociétés indigènes, introduisant un concept qui leur était étranger : la propriété privée des biens communs de la nature.

En 1850, face à la fin imminente de l’esclavage due aux mouvements abolitionnistes et aux révoltes des peuples asservis, l’Empire brésilien a institué la première loi foncière du pays pour empêcher les esclaves libérés d’accéder à la plus grande source de richesse du pays : la terre. Par cette loi, la terre est devenue une marchandise. De plus, le modèle de plantation, centré sur les grandes exploitations qui reposaient sur la monoculture orientée vers l’exportation et la surexploitation du travail, deviendrait la seule constante de l’histoire brésilienne, que le Brésil soit une colonie portugaise ou une nation indépendante, qu’il soit une monarchie ou une république, et qu’il soit caractérisé par un système de gouvernement parlementaire ou présidentiel.

La question agraire a été un thème central de l’histoire du Brésil et la cause de nombreuses révoltes, révolutions et mouvements populaires, allant de la résistance et des soulèvements autochtones contre l’esclavage à la création des communautés quilombolas et des premiers mouvements paysans et ouvriers.

Le rôle de l’État dans la défense des intérêts des propriétaires fonciers et la répression des pauvres est particulièrement notable. Alors que les populations autochtones et asservies étaient principalement persécutées et attaquées par des milices privées, l’armée de la république nouvellement déclarée a été utilisée pour écraser les mouvements à Canudos (1897), une communauté autogérée de 25 000 paysans ; Contestado (1916), une révolte armée des agriculteurs cherchant à empêcher leurs terres d’être prises par une compagnie ferroviaire américaine ; et d’autres organisations comme les Ligues Paysannes, qui luttaient pour la réforme agraire avant le coup d’état militaro-commercial de 1964.

En conséquence de siècles de répression, le Brésil du XXIe siècle reste le pays avec le deuxième niveau de concentration foncière le plus élevé de la planète, un titre qu’il détient tout au long du dernier siècle, avec 42,5 % des terres contrôlées par moins de 1 % de la population. Pendant ce temps, il y a 4,5 millions de paysan·nes sans terre.

Bien que les ennemis de classe des travailleur·euses ruraux·ales sans terre soient les grands propriétaires terriens et les entreprises transnationales qui s’approprient les terres pour produire des marchandises, une partie de la pression générée par les mouvements populaires doit également être dirigée vers l’État. Cela est nécessaire, en partie, en raison de la nature de la Constitution brésilienne, approuvée en 1988 après la chute de la dictature et comprenant de nombreux éléments progressistes – y compris certains liés à la réforme agraire – car elle a été rédigée au milieu de la montée des luttes populaires de masse. Par exemple, l’article 184 exige que la propriété rurale remplisse une fonction sociale, soit productive et respecte les droits du travail et de l’environnement. L’État a le droit d’exproprier les propriétés foncières qui ne répondent pas à ces critères, bien qu’il doive indemniser le propriétaire avant de transférer le titre de propriété à la propriété publique ou d’accorder des droits fonciers aux familles sans terre qui s’y installent.

Néanmoins, au cours des dernières décennies, les grandes propriétés foncières ont adopté un modèle connu sous le nom d’agrobusiness, faisant du Brésil le plus grand consommateur de pesticides au monde, avec une consommation record de 130 000 tonnes en 2023. Le capital financier international, qui contrôle désormais toute la chaîne de production rurale, des semences à la vente de produits agro-industriels, a fait des investissements substantiels dans de grandes propriétés non productives utilisées pour la spéculation.

En 2016, vingt sociétés étrangères contrôlaient 2,7 millions d’hectares de terres agricoles brésiliennes.

Ces terres sont utilisées pour la monoculture orientée vers l’exportation, désormais convertie en marchandises (produits primaires commercialisés à grande échelle selon les normes mondiales) en tant qu’actifs financiers et spéculatifs et négociées sur les bourses de valeurs et de matières premières. En 2021, cinq seules marchandises – soja, maïs, coton, canne à sucre et bétail – représentaient 86 % des terres agricoles du Brésil ainsi que 94 % du volume de production et 86 % de sa valeur.

Ce pouvoir économique se manifeste également dans le pouvoir politique, comme en témoigne le fait que les personnes représentant les intérêts de l’agrobusiness ont occupé des postes ministériels dans chaque administration au cours des trois dernières décennies. Le Caucus Ruralista, une organisation multipartite de représentants élus dédiés à la défense des intérêts de l’agrobusiness, rassemble 324 membres, soit 61 %, du Congrès et 50 membres, soit 35 %, du Sénat. Cela a donné au groupe suffisamment de pouvoir pour faire passer des lois de déréglementation environnementale et foncière et soumettre le MST à quatre enquêtes par le biais de la Commission Parlementaire d’Enquête (CPI) au cours des deux dernières décennies. Aucune autre organisation de base dans l’histoire du Brésil n’a fait l’objet de tant de tentatives de criminalisation par le parlement.

La première CPI a eu lieu en 2003 et visait à forcer l’administration du président Lula de l’époque à se distancer du MST, ainsi qu’à empêcher les fonds publics d’être alloués à la réforme agraire et à criminaliser la lutte pour la terre. L’enquête de la CPI de 2023, dirigée par des membres du noyau le plus radical de la coalition de l’ancien président Jair Bolsonaro, avait des objectifs similaires pour faire pression sur la nouvelle administration de Lula, qui a ramené le Parti des Travailleurs au pouvoir suite à un coup judiciaire et à l’emprisonnement de 580 jours de Lula alors candidat. Cependant, elle s’est retournée contre elle. Au moment de l’enquête de 2023, l’image publique du MST s’était renforcée en raison des activités de solidarité qu’il avait menées pendant la pandémie de COVID-19. Cela a, à son tour, augmenté la solidarité avec le MST, privant ainsi la commission de tout soutien politique ou médiatique, la laissant incapable d’approuver même un rapport final.

C’est un exploit considérable, compte tenu de l’hégémonie de l’agrobusiness dans la société brésilienne, qui repose non seulement sur une industrie culturelle sophistiquée et puissante, de la télévision à la musique, mais aussi sur des méthodes archaïques de violence et de répression. Cela est évident dans l’enquête de la CPT de 2022, qui a enregistré 2 018 incidents de conflits sociaux dans les zones rurales – une augmentation de 33,6 % par rapport à la moyenne de 2016 – et 47 meurtres liés à des questions foncières ou environnementales.

Mais, malgré son enracinement profond dans la société, l’économie et la politique brésiliennes, l’agrobusiness n’est pas le seul modèle agricole, ni un modèle qui répond aux besoins de la majorité ou de la planète. Lors de son Troisième Congrès National en 1995, le MST a présenté et ratifié pour la première fois son programme de réforme agraire, basé sur une analyse de la lutte des classes dans la campagne brésilienne et un ensemble de propositions visant à transformer la structure de la propriété foncière brésilienne et les conditions de vie rurales.

Rassemblement en faveur de la réforme agraire et contre la violence dans les campagnes (Alagoas, 5 décembre 1995) Crédit : MST Archive

En 2015, le programme a été mis à jour avec un changement théorique et structurel important : alors que les partis politiques et les universités ne comprenaient pas la nature de l’agrobusiness au Brésil, voire l’accueillaient, le MST a construit une définition collective du terme comme « la présence du capital financier transnational dans les campagnes pour la production de marchandises ». De plus, le MST a averti que l’existence même de l’agrobusiness et ses liens avec l’État empêchaient toute forme classique de réforme agraire dans un cadre capitaliste, dans lequel la terre est simplement redistribuée ou son accès est démocratisé, d’aller de l’avant.

Dans ce contexte, le MST a redéfini ses tactiques et son programme agraire en créant un nouveau concept : la réforme agraire populaire. En plus de demander que les terres soient distribuées aux paysans, la réforme agraire populaire aborde la nécessité de produire des aliments sains pour l’ensemble de la population tout en modifiant le processus de production actuel, basé sur le modèle de l’agrobusiness, vers un modèle basé sur l’agroécologie, qui préserve les biens communs de la nature. Ce changement a également permis de renforcer l’alliance avec les travailleurs urbains, qui sont les principaux bénéficiaires de l’accès à une alimentation saine et abordable. La réforme agraire populaire ne cherche pas seulement à promouvoir les intérêts de la paysannerie, mais aussi ceux de la société dans son ensemble. Cela se reflète, par exemple, dans sa conception de la souveraineté alimentaire, son potentiel à générer des formes alternatives d’emploi et de revenu, et son engagement à lutter contre la catastrophe environnementale.


Image de couverture : Journée des travailleurs ruraux (Alagoas, 25 juillet 1991) Crédit : Archives du MST

Cette publication est également disponible en English : liste des langues séparées par une virgule, Español : dernière langue.