campanias lvc fr.fw

Déclaration de la Convergence Globale des luttes pour la terre et l’eau

Droits à l'eau et à la terre, une lutte commune

Dakar à Tunis : Déclaration de la Convergence Globale des luttes pour la terre et l’eau (Tunis, le 28 mars 2015)

Nous, mouvements sociaux et de bases et organisations de la société civile, engagés dans la défense des droits à la terre et à l'eau, nous nous sommes réunis à Dakar en octobre 2014 dans le cadre du Forum Social Africain pour lutter et protester contre les accaparements de toutes les ressources naturelles, l'eau et la terre, nos biens communs, et contre les violations systématiques des droits humains qui les accompagnent. Le partage de nos idées nous a amenés à reconnaître la solidarité essentielle de nos combats, étant donné la nature inextricable des liens entre l’accaparement des terres, de l’eau et des autres ressources naturelles. Nous nous sommes réuni-e-s de nouveau lors du Forum Social Mondial à Tunis en mars 2015 pour continuer ce dialogue avec des mouvements et organisations du monde entier afin d’élargir cette convergence.

Lire la suite : Déclaration de la Convergence Globale des...

Mozambique : L’usurpation des terres est le sujet prédominant à l’ouverture de la 3e Conférence Internationale Paysanne

par l'Équipe de Communication de la 3e Conférence Internationale Paysanne sur la question foncière


(Maputo, le 02 Octobre 2014) - Quelques deux-cent cinquante personnes sont réunies pour deux jours au Centre de Conférences des Télécommunications de Maputo (TDM) pour participer à la 3e Conférence Internationale Paysanne sur la question foncière, organisée par l’Union Nationale des Paysans (UNAC, membre de La Via Campesina au Mozambique). L’usurpation des terres, la mise en œuvre de méga projets ayant un impact direct sur la vie quotidienne des paysans, les difficultés pour l’accès au crédit et l’absence de marchés pour la commercialisation des produits, sont autant de sujets de préoccupation pour le secteur.

"Notre production sera en chute par manque de terres", assure le représentant de la région Nord du pays, Costa Estevão. D’après lui, le phénomène [l’usurpation des terres] va faire diminuer la production, « poussant » les paysans vers la faim et à la pauvreté. Estevão affirme que de nombreux agriculteurs perdent leurs terres. Il soutient que par exemple à Monapo, l’entreprise Agro-alpha a arraché une surface de 10 hectares à un citoyen détenteur d’un titre d’usage et d’exploitation de la terre. D’après lui, il est très habituel voir une telle situation.

En ce qui concerne plus particulièrement les méga projets, Costa affirme que ceux-ci sont mis en œuvre sans consultation préalable auprès des communautés. Même si les projets d’importance pourraient garantir l’emploi, « un paysan, sans terre, il devient triste ».

Lire la suite : Mozambique : L’usurpation des terres est le...

Mali : Les autorités de Bamako disent non à la marche de la CMAT !

Communiqué de la CMAT – Convergence Malienne contre les Accaparements de Terre

(Bamako, le 05 septembre 2014) - Programmée pour le mardi 02 septembre 2014, la marche de protestation contre les accaparements des terres n’a finalement pas été autorisée par les autorités de Bamako. Entre autres raisons invoquées : tantôt l’envoi tardif de la demande d’autorisation, ce qui n’est le cas, tantôt la situation du pays ne favorisant pas un tel soulèvement…

Bref, cette marche avait été initiée par la Convergence Malienne contre les Accaparements des Terres (CMAT) dans le sens non seulement de rappeler au gouvernement de mettre en route les recommandations pour la résolution des points 10 de cas d’accaparements en négociation, mais aussi de soutenir le projet de loi foncière agricole tel que validé par l’atelier multi acteurs car répondant à la majeure partie des préoccupations des populations rurales et paysannes.

Lire la suite : Mali : Les autorités de Bamako disent non à la...

Haiti : Terre, semences natives, environnement : c'est la voie de la vie !

Note pour la presse de la CLOC- Via Campesina Haïti

(Centre Lakay, Papaye, le 5 juin 2014) - Nous les membres de La CLOC – Vía Campesina Haïti, nous nous sommes rassemblés avec d’autres organisations du Mouvement Social Haïtien venant des quatre coins du pays, avec la participation d’autres organisations membres de la CLOC-Vía Campesina de plusieurs pays du continent pendant deux jours au Centre National de Formation de Cadres Paysan à Papaye sous le thème : TÈ, SEMANS NATIF NATAL, ANVIWÒNMAN, SE CHEMEN LAVI (TERRE, SEMENCES NATIVES, ENVIRONNEMENT, C’EST LA VOIE DE LA VIE).

Nos réflexions :

Au niveau international

Nous avons réfléchi sur l’accaparement des terres qui se fait par les pays impérialistes à travers de leurs multinationales notamment en Afrique et en Amérique latine. Nous assistons à un véritable processus de recolonisation : plus de 50 millions d’hectares ont changé de mains, plus de 100 milliards de dollars américains sont déjà dépensés dans l’accaparement des terres et plus de 100 milliards de dollars sont disponibles dans les banques de plus de 120 groupes financiers pour s’accaparer des terres.

Les terres accaparées sont destinées principalement à la production des agro carburants et des aliments pour les animaux. Plus de 13 millions d’hectares de forêt disparaissent chaque année. Dans les forêts de l’Amazonie en Amérique du Sud, un hectare de forêt disparaît chaque seconde. Les multinationales détruisent la planète pour gagner de plus en plus d’argent en prétendant qu’elles proposent des solutions à la crise du climat. Les remèdes tuent le malade.

Lire la suite : Haiti : Terre, semences natives, environnement...

Informations supplémentaires