campanias lvc fr.fw

Protéger les semences paysannes et développer l’agriculture paysanne en réponse aux crises de l’alimentation, de la biodiversité et du climat

Press Release – La Via Campesina

Une réunion ministérielle sur l’Alimentation, la biodiversité et le changement climatique aura lieu à Nusa Dua, à Bali, le 11 mars 2011, avant la quatrième séance de l’organe directeur du Traité International sur les Ressources Phytogénétiques pour l’Alimentation et l’Agriculture (TIRPAA), aussi appelée le Traité des Semences (14-18 mars 2011). La réunion ministérielle vise à résoudre les crises de l’alimentation, de la biodiversité et du changement climatique. La FAO a rapporté plus tôt cette année que 925 millions de personnes souffrent de la faim suite à ces crises multiples. La plupart d’entre elles vivent dans les zones rurales qui sont le centre de l’agriculture. Nous, les délégués de La Via Campesina, un mouvement international de paysans qui participe au Traité des Semences, regrettons donc que les paysans et les petits agriculteurs ne soient pas pris en compte dans cette réunion ministérielle.

L’expérience des paysans partout dans le monde prouve que l’agriculture agro-écologique et les marchés alimentaires locaux sont la meilleure réponse aux crises multiples actuelles. L’agriculture agro-écologique a démontré sa grande capacité à s’adapter aux conséquences du changement climatique et à contribuer à la lutte contre le changement climatique en stockant. Elle stocke les gaz à effet de serre de manière durable dans le sol et consomme bien moins de carburant fossile que l’agriculture industrielle, qui emploie du carburant non seulement pour la production alimentaire, mais aussi pour le transport, et la production d’engrais chimique. L’agriculture industrielle contribue donc fortement au changement climatique. L’agriculture agro-écologique garantit par contre la production alimentaire des familles paysannes et peut produire aussi bien pour les marchés locaux que les marchés urbains. De plus, elle accroît et conserve la biodiversité, ce qui mène à la diversification alimentaire et garantit l'alimentation de nos enfants.

Lire la suite : Protéger les semences paysannes et développer...

Les agriculteurs familiaux défendent la biodiversité et nourrissent la planète

Document de position - Nagoya

Non aux solutions basées sur les mécanismes de marché pour lutter contre la destruction de la biodiversité !

Du 18 au 29 octobre 2010, le mouvement paysan international « La Vía Campesina » a participé à la 10ème Conférence des Parties de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) à Nagoya (Japon).

Des hommes et des femmes représentant les communautés agricoles familiales d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord ont participé à la CDB afin de dénoncer et rejeter la commercialisation frénétique des ressources naturelles de la planète. Il existe des solutions viables à la crise environnementale : ce sont les diverses cultures humaines capables de préserver la biodiversité au moyen d’une agriculture paysanne et familiale durable et la gestion de la biodiversité par les communautés locales.

Lire la suite : Les agriculteurs familiaux défendent la...

OGM – Les impacts socio-économiques de la contamination

Communiqué de presse ECVC

La résistance populaire – La longue lutte contre les OGM en Europe

Malgré le refus réitéré des paysans, des paysannes, des consommateurs et des consommatrices européens qui se sont constamment opposés à l'introduction des biotechnologies dans les champs et sur les marchés européens, l’Union Européenne continue à les promouvoir au détriment de la Souveraineté Alimentaire Européenne. Les OGM sont bel et bien dans nos champs et dans nos magasins et donc la lutte contre les OGM continue.

Il est clair que la pression faite en faveur des technologies transgéniques en Europe découle des engagements pris par la Commission Européenne envers les industries des biotechnologies et leurs représentants politiques afin d'introduire les OGM en Europe.

Lire la suite : OGM – Les impacts socio-économiques de la...

GM pommes de terre "Amflora" - la Commission défie les paysan(ne)s et la biodiversité

La Coordination Européenne Via Campesina (ECVC) est consternée par la décision prise hier par la Commission européenne d'autoriser la pomme de terre BASF Amflora malgré l'opposition de la grande majorité des agriculteurs et de la société civile en Europe. Il s'agit d'une tentative claire de la Commission Européenne de forcer l’agenda en faveur de l’industrie des technologies génétiques.

«Il est inacceptable que la Commission européenne soit autorisée ainsi à autoriser des produits controversés, tels que les OGM" explique Josie Riffaud, membre du comité de la Coordination Européenne Via Campesina. "Un tel agissement met en danger le processus démocratique ainsi que la transparence et donne du crédit à l’allégation affirmant que les politiques de l'UE répondent à l’industrie plutôt qu’aux intérêts des citoyens et
menace ainsi la foi des citoyens en l'UE" a-t-elle ajouté.

Lire la suite : GM pommes de terre "Amflora" - la Commission...

Informations supplémentaires