Guatemala : Sous la pression des mouvements sociaux, la Justice suspend temporairement une partie de la “Loi Monsanto”

b_350_0_16777215_00___images_stories_semenceetgenetiquesresource_Mujeres_Guatemala.JPG(Guatemala, le 1er septembre 2014) - La pression des mouvements sociaux contre la Loi sur la protection des obtentions végétales a eu des effets positifs. Après la présentation par le Mouvement des syndicats, des peuples autochtones et des paysans du Guatemala (MSICG) d’une motion d’inconstitutionnalité complète contre la loi, la Cour constitutionnelle a suspendu ce qu’on appelle la « Loi Monsanto » qui était censée entrer en application le 26 septembre prochain.

La Cour a suspendu spécifiquement les articles 46 et 55 qui entraient en vigueur le jour de la publication de la loi, et a décidé leur suspension temporaire parce qu’ils pouvaient tous deux avoir de graves conséquences sur la population et sur le pays. Comme les articles 1 à 45 et 47 à 54 ne sont pas encore appliqués légalement, ils n’ont pas été pris en considération.

Le MSICG considère la suspension provisoire de ces articles comme une étape majeure, « car elle élimine les obstacles avancés par le parti officiel au retrait de la loi par le Congrès et ouvre la voie pour que le Congrès, à la prochaine session, revienne sur la mesure qu’il a prise et passe une législation en accord avec les souhaits du peuple du Guatemala qui demande l’abolition totale de la dite loi. »

Lire la suite : Guatemala : Sous la pression des mouvements...

France: Etat d’urgence pour les apiculteurs !

b_350_0_16777215_00___images_banners_conf.jpg
COMMUNIQUE DE PRESSE
 
Bagnolet, le 26 août 2014 - Des pertes de production de 50 à 80% dans de nombreuses régions, une mortalité des ruches qui s’accélère… La saison apicole 2014 vient confirmer le désastre annoncé depuis des années. Tout le monde s’accorde d’ailleurs sur ce point… et rien ne bouge. Il n’y a que l’industrie de l’agrochimie pour considérer, comme vient de le faire Bayer, que la santé des abeilles est aujourd’hui satisfaisante. Il est temps de prendre la mesure de la situation : l’apiculture est indispensable à la production d’alimentation, à la pollinisation des cultures, à la biodiversité. C’est un métier incontournable et ceux qui s’y consacrent doivent pouvoir en vivre.

Lire la suite : France: Etat d’urgence pour les apiculteurs !

La Guerre des Semences - une infographie sur les semences

b_350_0_16777215_00___images_stories_biodiversty_laguerredessemences.jpg


La Confédération Paysanne (France) partage avec nous une infographie sur les semences, pour expliquer simplement les enjeux de la bataille qui se déroule autour des semences.

Regardez l´a infographie ICI et partager!

France : Fauchage colza muté :Soyons cohérents sur les OGM !

Communiqué de Presse de la Confédération paysanne

 

Abeille-colza.jpg(Bagnolet, le 17 juin 2014) - La Confédération paysanne apporte tout son soutien aux Faucheurs qui ont détruit hier neuf parcelles expérimentales de colza muté. En effet, alors que la culture des maïs OGM a été interdite en France, autoriser la libre circulation de colza muté non étiqueté est parfaitement incohérent ! 

Ces plantes VrTH (Variétés rendues tolérantes aux herbicides) conduiront inévitablement à une utilisation accrue d’herbicides. Par ailleurs, la contamination massive des autres champs de colza, ainsi que de toutes les autres cultures agricoles et des plantes sauvages et apparentées, sera inévitable. Leur laisser le champ libre va donc clairement à l’encontre de l’agroécologie prônée par Stéphane Le Foll. Cela correspond par contre à la volonté des lobbies qui a permis l’assouplissement de la règlementation européenne !

Le gouvernement peut et doit retirer les semences de colza muté du marché ! Il faut cesser de se défausser et avoir enfin une politique agricole cohérente, et tournée vers un avenir qui ne soit pas celui des multinationales mais celui d’un environnement sain et d’une alimentation de qualité.

Contacts :
Guy Kastler, Responsable de la Commission OGM : 06 03 94 57 21
Laurent Pinatel, Porte-parole national : 06 80 58 97 22
Elina Bouchet, Chargée de communication : 06 95 29 80 78

Informations supplémentaires