campanias lvc fr.fw

Le Venezuela et le MST luttent contre les transnationales en produisant des semences autochtones

(Los Caquetíos , le 15 mai 2015) L’initiative a pris corps ce samedi 15 mai avec le semis par les organisations communales et paysannes de deux premiers hectares de maïs, dans l’unité de Production Sociale Agricole (Upsa) « Los Caquetíos », située sur l’ancienne route Barquisimeto-Yaritagua  (État de Lara, centre occidental du pays). La variété de maïs “Guanape” permet de produire entre 6 et 7 tonnes de semences par hectare. Le plan comprend d’autres semences de légumes comme la tomate, l’oignon, le piment rouge et le persil produits par l’Institut National de Recherches Agricoles (Inia) et concerne dans une première phase, la mise en culture de 38 hectares de semences agro-écologiques, pour être étendu à la région orientale du pays et dans les états d’Aragua et de Carobobo.

Cette avancée est le fruit d’un accord de coopération entre le Mouvement des Travailleurs Ruraux sans Terre du Brésil, représenté par Celia Rodrigues et Messilene Gorete, coordinatrices de la Brigade Internationaliste Apolônio de Carvalho, le Ministère vénézuélien de l’Agriculture et des Terres dont l’actuel titulaire est José Luis Berroterán, et la FAO (Nations Unies).

Lire la suite : Le Venezuela et le MST luttent contre les...

France - Flavescence dorée : Relaxe pour Thibault Liger-Belair !

Bagnolet, le 19 mai 2015
COMMUNIQUE DE PRESSE

Refuser un traitement insecticide systématique, quand il est avéré qu'il existe des alternatives qui pourraient aisément être mises en place, n'est pas un crime. La convocation au tribunal correctionnel du Rhône de Thibault Liger-Belair, viticulteur en Bourgogne, est une nouvelle provocation dans une affaire sanitaire, celle de la flavescence dorée, qui pourrait être gérée autrement.

Ces méthodes brutales de traitements insecticides systématiques et obligatoires ne résolvent pas les problèmes de contamination dans la vigne, mais participent à l'empoisonnement de l'environnement et des humains qui y vivent. La Confédération paysanne dénonce depuis longtemps l'absurdité de ces méthodes de lutte qui dévastent des départements entiers depuis plus de vingt ans alors que la cicadelle et la flavescence dorée sont toujours là. Pourquoi ? Parce que le traitement des plants viticoles à l'eau chaude n'est toujours pas obligatoire avant leur sortie de pépinières. C'est essentiellement par le biais de plants contaminés que s'installe la flavescence dorée dans les vignes. Sa propagation par la cicadelle n'est que secondaire.

Lire la suite : France - Flavescence dorée : Relaxe pour...

Infographie : Non aux lois semencières qui criminalisent les paysans

La Via Campesina - Grain

Défendons les semences paysannes

Les semences paysannes sont attaquées de toutes parts. Sous la pression des grandes entreprises, les législations de nombreux pays posent des obstacles à ce que les paysans et les paysannes peuvent faire de leurs propres semences et des semences qu'ils achètent. La conservation et la réutilisation des semences, une pratique millénaire à la base de l'agriculture devient une activité criminelle. Que peut-on faire ?

Lire la suite : Infographie : Non aux lois semencières qui...

Nouvelle publication - Les lois semencières qui criminalisent les paysans : résistance et luttes

La Via Campesina | GRAIN
Communiqué de presse
 - 8 avril 2015

Pour publication immédiate

Les semences paysannes, base de la production alimentaire, sont attaquées de toutes parts. Dans de nombreux pays, les lois votées sous pression des grandes entreprises limitent de plus en plus l’utilisation que les paysans peuvent faire de leurs semences. La conservation et la réutilisation des semences, une pratique millénaire à base de l’agriculture, est ainsi rapidement devenue une pratique criminelle.

Il faut agir ! Un nouveau livret et un poster édités par La Via Campesina et GRAIN exposent la façon dont les multinationales et les gouvernements s’y prennent pour freiner l’échange et la protection des semences par les paysans ; mais ces derniers ne se laissent pas faire.

Selon Guy Kastler de La Via Campesina : « Le contrôle des semences doit se trouver entre les mains des paysans et des paysannes. C’est ce principe, base même des procédés de production, qui assure la souveraineté alimentaire des communautés rurales et des populations urbaines face aux multinationales et leurs énormes profits. Au cours des siècles, les paysans ont trié et sélectionné des milliers de variétés de semences qui ont fait le chemin jusqu’à notre époque et se retrouvent maintenant à la base des régimes alimentaires du monde entier ».

Lire la suite : Nouvelle publication - Les lois semencières qui...

Informations supplémentaires