France : Les producteurs laitiers ne sont pas les banquiers de Lactalis !

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

traite.jpg(Bagnolet, le 26 mars 2014) En ce début d’année 2014, Lactalis a décidé la mise en place d’une politique de lissage des prix à la production : retenues successives sur les quatre premiers mois (15€ sur janvier et février, 30€ sur mars et 10€ sur avril). La laiterie annonce une redistribution de ces montants de juillet à novembre.
En cette période où les producteurs ont un besoin important de trésorerie pour les semis de printemps, certains vont donc être contraints d’emprunter à court terme auprès des banques, alors qu’eux-mêmes accordent un prêt à 0% à leur laiterie ! Est-ce bien aux producteurs laitiers de servir de banquier à leur laiterie ?
Le marché permet aujourd’hui de rémunérer correctement les producteurs. Il n’est donc pas question de jouer ainsi avec la répartition des marges dans la filière !

Lire la suite : France : Les producteurs laitiers ne sont pas...

Suisse : sans prix rémunérateurs, des salaires difficiles à atteindre bien que justifiés

Communiqué de presse d'Uniterre

(Lausanne, le 07 mars 2014) En mai, nous voterons sur l’initiative dite des « salaires minimaux » qui exige que chaque personne employée gagne au minimum 22 Francs suisse de l’heure, soit pour une large part des personnes concernées, l’équivalent de 4'000 francs par mois. L’USP, dans un récent communiqué titrait « un projet hors de prix pour les familles paysannes ». Positionnement un peu court selon Uniterre.

Dans l’agriculture, le salaire des ouvriers agricoles se situe autour de 12 à 14 Francs suisses /heure (Genève 17 Francs suisses / heure) pour des semaines de travail représentant entre 50 et 55 heures hebdomadaires de travail en moyenne. Pour les paysans, selon l’Office de la statistique, le salaire d’une unité de travail de la familiale paysanne se situait aux environs de 3’600 francs par mois pour 60 heures hebdomadaires, soit une moyenne de 14 Francs suisses / heure. Ainsi, paysans comme employés agricoles réalisent des salaires horaires dérisoires. La situation actuelle n’est guère satisfaisante, elle est même aggravée par le fait que chaque canton possède son propre contrat-type ce qui provoque une concurrence entre producteurs au niveau des coûts salariaux.

Lire la suite : Suisse : sans prix rémunérateurs, des salaires...

Les investissements du FIDA doivent renforcer l'agriculture familiale, paysanne et autochtone ainsi que les politiques publiques en matière de souveraineté alimentaire

Communiqué de presse – La Via Campesina

b_350_0_16777215_00___.._en_images_stories_foodsov_20140219-ebajabbc.jpg

(Rome, 18 février 2014) Une délégation nombreuse de paysans et paysannes du mouvement paysan international La Via Campesina s’est réunie à Rome ces jours-ci dans le cadre de la cinquième réunion mondiale du Forum paysan organisé par les organisations paysannes et de pêche artisanale et le FIDA (Fonds international de développement agricole). Nous invitons les gouvernements qui financent le FIDA à l’aide de fonds publics à mieux définir les objectifs des programmes et des projets du FIDA pour une agriculture paysanne et agro-écologique afin de répondre à la crise alimentaire et climatique. Chaque jour, nous réalisons dans nos exploitations familiales la plupart des investissements nécessaires pour notre production agricole. Nous nourrissons la grande majorité de la population mondiale et, pourtant, 80 % des zones touchées par la faim se trouvent encore en milieu rural. Pour ces raisons, nous demandons une augmentation notable des investissements publics dans ce secteur et la mise en œuvre de politiques favorisant l’accroissement des investissements par les paysans eux-mêmes.

Lire la suite : Les investissements du FIDA doivent renforcer...

16 Octobre: La Via Campesina célèbre la Journée de la Souveraineté alimentaire et exige de réelles solutions pour éliminer la faim

Aujourd’hui, le 16 Octobre 2013, La Via Campesina célèbre la Journée de la Souveraineté alimentaire. Dans le monde entier, des actions seront organisées pour marquer le besoin d’un système alimentaire pour et par les peuples. Le mouvement paysan mondial fera entendre sa voix, réaffirmant haut et fort, que l’agriculture paysanne agro-écologique est la vraie solution à la faim dans le monde. Non seulement les paysans alimentent les populations mais ils refroidissent aussi la planète et protègent la terre mère. Contrairement à l’agriculture industrielle, les paysans ne considèrent pas la nourriture comme une marchandise, objet de spéculation, profitant de la faim. Ils n’assujettissent pas la nature à des brevets pour en tirer du profit, écartant ainsi les paysans et paysannes. Ils partagent leurs connaissances sur les semences afin que chacun et chacune puissent manger. En cette journée, La Via Campesina rappelle à la société et aux gouvernements que, s’ils veulent vraiment éradiquer la faim, ils doivent accepter que les paysans jouent un rôle central pour nourrir l’humanité et ils doivent les soutenir dans cette tâche.

Lire la suite : 16 Octobre: La Via Campesina célèbre la Journée...

Informations supplémentaires