campanias lvc fr.fw

Les paysans sont à la botte du marché de libre-échange

(Milan, 4 juin 2015) -“Nous vivons dans un véritable paradoxe: la nourriture saine et de qualité n’est pas un droit pour tous, mais seulement pour les gens riches. Ceci à cause du soit-disant marché de libre échange, qui n’est pas libre du tout, et qui peut être comparé à un poulailler où les renards sont autorisés à entrer et à tuer”. Ce sont les mots de Carlo Petrini, le fondateur de Slow Food International, aujourd’hui à l’Expo dei Popoli, un forum international de sociétés civiles et mouvements paysans qui se tient en ce moment à La Fabbrica del Vapore, à Milan jusqu’au 5 juin. “Nous connaissons trop bien ces renards”, a affirmé Petrini: “ils s’enrichissent sur le dos des humbles paysans, des pêcheurs artisanaux et des petits éleveurs. Les réalités locales sont à la botte du marché de libre échange, alors qu’elles devraient être protégées, pas seulement parce qu’elles nourrissent la plupart des gens, mais surtout parce qu’elles préservent la biodiversité”. 

Lire la suite : Les paysans sont à la botte du marché de...

Souveraineté alimentaire et agroécologie : la recette de l’Expo des Peuples pour améliorer les systèmes alimentaires défaillants

(Milan, le 5 juin 2015) L’Expo des Peuples, premier forum international rassemblant société civile et mouvements paysans, a débuté le 3 juin à La Fabbrica del Vapore à Milan et s’est terminée aujourd’hui. « Un événement – a déclaré Giosué De Salvo, porte-parole du Comité organisateur– qui visait à combler les lacunes de l’Expo officielle 2015, en invitant à participer les acteurs majeurs exclus de l’Exposition universelle : paysans, pêcheurs, éleveurs et populations autochtones, qui produisent 70% des aliments consommés dans le monde. Ce sont les principaux investisseurs dans l’agriculture, mais ils sont en même temps les plus opprimés par ce que l’on appelle le libre marché ».

L’événement a été organisé par 50 ONG et associations de la société civile italienne, il a regroupé plus de 180 représentants, hommes et femmes, de 14 réseaux et des mouvements paysans venant de plus de 50 pays dans le monde.

Lire la suite : Souveraineté alimentaire et agroécologie : la...

Bulletin de Nyeleni : Nutrition et souveraineté alimentaire

L’alimentation humaine concerne l’interaction entre la nourriture et le corps humain, comme la santé et sensation de bien-être qui en découlent. La meilleure source de nutrition demeure l’allaitement, ainsi qu’une alimentation traditionnelle riche et diversifiée, développée par les cultures tout au long de l’histoire. La nutrition ne représente qu’une des dimensions de l’alimentation liées à la santé humaine. Une alimentation adéquate s'appuie sur des régimes diversifiés, sains et équilibrés ; avec des aliments frais et produits localement, de manière agroécologique, adaptés aux habitudes culturelles de chaque pays. La notion de nutrition ne peut être séparée de celle de nourriture, des modèles de production, ou encore des modèles et habitudes alimentaires.

Téléchargez ici le bulletin ou lisez-le en ligne sur le site www.nyeleni.org

 

Au Portugal, les petits et moyens producteurs se sentent abandonnés par leur gouvernement

(Porto, 25 Novembre 2014) Le Portugal, état membre de l'Union européenne depuis 1986, rencontre actuellement de graves difficultés économiques qui trouvent leur origine dans la crise financière mondiale de 2008. En 2011, le gouvernement portugais a tenté de remédier à cette situation en demandant un renflouement financier à l'Union européenne, à la Banque centrale européenne et au Fond monétaire international (FMI). Ce renflouement a été accordé sous réserve de certaines conditions, parmi lesquelles la prise de mesures d'austérité, comme des coupes budgétaires dans les dépenses sociales, ce qui a fortement affecté le niveau de vie de nombreux citoyens portugais, et particulièrement les petits producteurs, hommes et femmes. Ces petites exploitations paysannes (qui possèdent jusque 5 hectares) comptent pour 80%1 des terres agricoles du pays et contribuent de façon significative à l'économie en créant de l'emploi et en générant des revenus.

Malgré le rôle crucial qu'ils jouent dans le système socio-économique, les petits producteurs portugais continuent d'être oubliés par le gouvernement dont les mesures suivent le cadre de la Politique agricole commune (PAC) et favorisent donc les grandes exploitations et l'agrobusiness.

Vous pouvez télécharger le compte-rendu de cette visite de terrain dans son intégralité ici.

Informations supplémentaires