It's Time to Outlaw Land Grabbing, Not to Make It "Responsible"!

On 18-20 April 2011, a gathering of some 200 farmland investors, government officials and international civil servants will meet at the World Bank headquarters in Washington DC to discuss how to operationalise "responsible" large-scale land acquisitions. Over in Rome, the Committee on World Food Security, housed at the United Nations Food and Agriculture Organisation, is about to start a process of consultation on principles to regulate such deals. Social movements and civil society organisations (CSOs), on the other hand, are mobilising to stop land grabs, and undo the ones already coming into play, as a matter of utmost urgency. Why do the World Bank, UN agencies and a number of highly concerned governments insist on trying to promote these land grab deals as "responsible agricultural investments"?

 

Today's farmland grabs are moving fast. Contracts are getting signed, bulldozers are hitting the ground, land is being aggressively fenced off and local people are getting kicked off their territories with devastating consequences. While precise details are hard to come by, it is clear that at least 50 million hectares of good agricultural land – enough to feed 50 million families in India – have been transferred from farmers to corporations in the last few years alone, and each day more investors join the rush.[1] Some of these deals are presented as a novel way to meet food security needs of countries dependent on external markets to feed themselves, such as Qatar, Saudi Arabia, South Korea or China. Others are bluntly exposed for what they really are: business deals and hot new profit opportunities. Despite the involvement of states, most of these transactions are between host governments and private corporations. Firms involved estimate that US$25 billion have already been committed globally, and boast that this figure will triple in a very near future.[2]

What is RAI?

Nervous about the potential political backlash from the current phase of land grabbing, a number of concerned governments and agencies, from Japan to the G-8, have stepped forward to suggest criteria that could make these deals acceptable. The most prominent among these is the World Bank-led Principles for Responsible Agricultural Investment that Respect Rights, Livelihoods and Resources (RAI). The RAI were jointly formulated by the World Bank, the International Fund for Agricultural Development (IFAD), the UN Conference on Trade and Development (UNCTAD) and the UN Food and Agriculture Organisation (FAO).[3] They consist of seven principles that investors may wish to voluntarily subscribe to when conducting large-scale farmland acquisitions (see box). It is noteworthy that the RAI principles were never submitted for approval to the governing bodies of these four institutions.

 

RAI (or seven principles for "win-win" landgrabbing):

1. Land and resource rights: Existing rights to land and natural resources are recognised and respected.

2. Food security: Investments do not jeopardise food security, but rather strengthen it.

3. Transparency, good governance and enabling environment: Processes for accessing land and making associated investments are transparent, monitored, and ensure accountability.

4. Consultation and participation: Those materially affected are consulted and agreements from consultations are recorded and enforced.

5. Economic viability and responsible agro-enterprise investing: Projects are viable in every sense, respect the rule of law, reflect industry best practice, and result in durable shared value.

6. Social sustainability: Investments generate desirable social and distributional impacts and do not increase vulnerability.

7. Environmental sustainability: Environmental impacts are quantified and measures taken to encourage sustainable resource use, while minimising and mitigating the negative impact.

 

The main RAI pushers (since 2009):

EU, FAO, G8, G20, IFAD Japan, Switzerland, UNCTAD, US, World Bank

In April 2010, some 130 organisations and networks from across the world, including some of the most representative alliances of farmers, pastoralists and fisherfolk, denounced the RAI initiative. Their statement debunked RAI as a move to try to legitimise land grabbing and asserted that facilitating the long-term corporate (foreign and domestic) takeover of rural people's farmlands is completely unacceptable no matter which guidelines are followed.[4]

This statement was endorsed by many more groups and social movements from around the world following its release. Shortly after, the UN's Special Rapporteur on the Right to Food  publicly criticised RAI for being "woefully inadequate" and said, "It is regrettable that, instead of rising to the challenge of developing agriculture in a way that is more socially and environmentally sustainable, we act as if accelerating the destruction of the global peasantry could be accomplished responsibly."[5]

In September 2010, the World Bank released its much anticipated report about large-scale land acquisitions. After two years of research, the Bank could not find any convincing examples of "wins" for poor communities or countries, only a long list of losses. In fact, companies and governments involved in the land deals refused to share information about their transactions with the Bank, so it relied instead on a website (farmlandgrab.org) managed by the CSO GRAIN for its data. Even though the report noted the lack of consultation behind the RAI initiative, the Bank still advocated RAI as the solution.

Despite the RAI framework's serious credibility problem, the CFS debated a motion on whether or not to endorse it in October 2010. Some governments, such as the US and Japan were in favour. Others, including South Africa, Egypt on behalf of the Near East group and China, expressed strong opposition due to lack of an appropriate consultative process. A coalition of movements and organisations released a detailed critique of the RAI framework and principles prior to the CFS meeting.[6] This catalysed rural social movements, particularly those affiliated with the International Planning Committee for Food Sovereignty (IPC), and other civil society groups to call on the CFS to reject RAI. In the end, the CFS did not endorse RAI, agreeing only to pursue an inclusive process to consider it.

By the end of 2010, it looked as though the high-level push for socially acceptable or "win-win" land grabbing was floundering. Social movements and other CSOs, meanwhile, continued to build popular opposition to RAI. At the World Social Forum in Dakar in February 2011, farmers' movements, and human rights, social justice and environmental organisations gathered to share experiences and consolidate their struggles against land grabbing without the distraction of this code of conduct nonsense, and launched a public appeal to reject RAI and resist land grabbing that continues to gather support.[7]

The RAI proponents, however, refuse to give up.

The CFS Bureau is currently discussing a proposal for a process of consultation on RAI.[8] An initial draft circulated for comment drew sharp criticism from social movements and CSOs. The IPC stated that it will oppose a process whose main focus is to try to alleviate the negative impacts of large-scale land acquisitions and endorse RAI. Instead, it argued, the CFS should first analyse if RAI is the adequate response to the problems on the ground and re-focus the discussion on the question of what kind of agricultural investment is needed to overcome hunger and support small-scale farmers, particularly women. The IPC further recommended that the CFS stop using the term RAI because it is heavily associated with land grabbing, not investment. But the four agencies behind RAI seem keen to push on.

The World Bank has just released the programme for this year's annual conference on land and poverty at its Washington DC headquarters.[9] RAI is at the very heart of the discussions. The Bank's main goal now is to start "operationalising" RAI by building on experiences of other "corporate social responsibility" (CSR) schemes such as the Roundtables on Responsible Soy, Sustainable Palm Oil and Sustainable Biofuels, as well as the Extractive Industry Transparency Initiative.[10]

In the meantime, countries are scrambling to contain growing opposition to the global land rush. With all the talk of "win-win" outcomes ringing hollow against the reality of impacts of these deals on local communities, smallholder agricultural producers and workers, some governments, such as Argentina, Brazil and New Zealand, are responding with promises of legislation to cap or discipline foreigners' abilities to acquire domestic farmland. Others, such as Cambodia, Ethiopia and Ghana, are using legal and brute force to suppress local contestation. In the run-up to the 2012 elections in Mali, the opposition Party for National Renewal has challenged President Touré to disclose all details of land leases amounting to several hundred thousands of irrigated hectares granted in the Office du Niger. In Sudan, the most "land grabbed" country in Africa, villagers are now rising up against the government in Khartoum for having seized their lands.

 

What is wrong with RAI

The push for RAI is not about facilitating investment in agriculture. It is about creating an illusion that by following a set of standards, large-scale land acquisitions can proceed without disastrous consequences to peoples, communities, ecosystems and the climate. This is false and misleading. RAI is an attempt to cover up power imbalances so that the land grabbers and state authorities who make the deals can get what they want. Farmers, pastoralists and fisherfolk, after all, are not asking for their lands to be sold off or leased away!

Land grabbing forecloses vast stretches of lands and ecosystems for current and future use by peasants, indigenous peoples, fisherfolk and nomads, thus seriously jeopardising their rights to food and livelihood security. It captures whatever water resources exist on, below and around these lands, resulting in the de facto privatisation of water. The violation of international human rights law is an intrinsic part of land grabbing through forced evictions, the silencing (and worse) of critics, the introduction of non-sustainable models of land use and agriculture that destroy natural environments and deplete natural resources, the blatant denial of information, and the prevention of meaningful local participation in political decisions that affect people's lives. No set of voluntary principles will remedy these facts and realities. Nor can they be misconstrued and presented as public policy or state regulation.

Land grabs, which target 20% profit rates for investors, are all about financial speculation. This is why land grabbing is completely incompatible with ensuring food security: food production can only bring profits of 3-5%. Land grabbing simply enhances the commodification of agriculture whose sole purpose is the over-remuneration of speculative capital.

There are some who believe that promoting transparency in land acquisition deals can somehow lead to "win-win" outcomes. However, even if done "transparently," the transfer of large tracts of land, forests, coastal areas and water sources to investors is still going to deprive smallholder farmers, pastoralists, fisherfolk and other local communities from crucial, life sustaining resources for generations to come. In many countries, there is an urgent need to strengthen systems that protect land tenure of peasants and small-scale food producers, and many social movements have been fighting for recognition of their rights to land for many years. The RAI principles will make any progress on agrarian reform or land rights meaningless.


Why We Oppose the Principles for

As for the big private players themselves, RAI can only amount to another feather in their "CSR" cap, a public relations act that they can point to when convenient. In the real world, they will continue to rely on bilateral trade and investment agreements, legal loopholes, compliant states, political risk insurance schemes and support from international institutions that promote RAI, to protect their interests and save them from any financial pain or responsibility.

The problem is obvious. These agribusiness projects – from the 100,000 hectare Malibya deal in the Office du Niger, Mali, to the 320,000 hectare Beidahuang Group deal in Rio Negro, Argentina – do great harm and are profoundly illegitimate. Trying to compensate for this absence of legitimacy by getting investors to adhere to a few principles is deceitful.

 

Invest in food sovereignty!

RAI is out of step with the times. The whole approach to so-called agricultural development that it embodies – a greenhouse gas pumping, fossil fuel guzzling, biodiversity depleting, water privatising, soil eroding, community impoverishing, genetically modified seed-dependent production system – belongs in the 20th century rubbish heap of destructive, unsustainable development. Just as our Arab sisters and brothers have been breaking the shackles of old regimes to recover their dignity and space for self-determination, we need to break the shackles of the corporate agriculture and food system.

Rather than be codified and sanctioned, land grabbing must be immediately stopped and banned. This means that parliaments and national governments should urgently suspend all large-scale land transactions,[11] rescind the deals already signed, return the misappropriated lands to communities and outlaw land grabbing. Governments must also stop oppressing and criminalising peoples for defending their lands and release detained activists.

We reiterate the demands made repeatedly by social movements, CSOs and numerous academics to urgently implement actions agreed at the 2006 International Conference on Agrarian Reform and Rural Development – the most authoritative and consensual multilateral framework for land and natural resources – as well as the conclusions of the 2008 International Assessment of Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development. We equally call on the CFS to adopt the FAO Guidelines on the Governance of Land and Natural Resources which are strongly rooted in human rights law so that they can be effectively used to protect and fulfill the rights to land and natural resources of all rural and urban constituencies at national and international levels.

It is obvious to us that a broad consensus has grown over the past several years around the real solutions to hunger, the food crisis and climate chaos, namely that.

- peasant agriculture, family farming, artisanal fishing and indigenous food procurement systems that are based on ecological methods and short marketing circuits are the ways forward toward sustainable, healthy and livelihood-enhancing food systems;

- production, distribution and consumption systems must radically change to fit the carrying capacity of the earth;

- new agricultural policies that respond to the needs, proposals and direct control of small-scale food producers have to replace the current top-down, corporate-led, neoliberal regimes; and

- genuine agrarian and aquatic reform programmes have to be carried through to return land and ecosystems to local communities.[12]

This is the path to food sovereignty and justice, quite the opposite of "responsible" land grabbing. And we will continue to push and fight for it with many allies the world over.

17 April 2011

▪ Centro de Estudios para el Cambio en el Campo Mexicano (Study Centre for Change in the Mexican Countryside)

▪ FIAN International

▪ Focus on the Global South

▪ Friends of the Earth International

▪ Global Campaign on Agrarian Reform

▪ GRAIN

▪ La Via Campesina

▪ Land Research Action Network

▪ Rede Social de Justiça e Direitos Humanos (Social Network for Justice and Human Rights)

▪ World Alliance of Mobile Indigenous Peoples (WAMIP)

▪ World Forum of Fisher Peoples


[1] In 2010, the World Bank reported that 47 million hectares were leased or sold off worldwide in 2009 alone while the Global Land Project calculated that 63 million hectares changed hands in just 27 countries of Africa. See "New World Bank report sees growing global demand for farmland", World Bank, Washington DC, 7 September 2010, http://farmlandgrab.org/post/view/15309, and Cecilie Friis & Anette Reenberg, "Land grab in Africa: Emerging land system drivers in a teleconnected world", GLP Report No. 1, The Global Land Project, Denmark, August 2010, http://farmlandgrab.org/post/view/14816, respectively.

[2] See High Quest Partners, "Private financial sector investment in farmland and agricultural infrastructure", OECD, Paris, August 2010, http://farmlandgrab.org/post/view/16060.

[3] The four agencies have also created an internet-based knowledge platform to exchange information about RAI. See http://www.responsibleagroinvestment.org/

[4] "Stop land grabbing now! Say NO to the principles on responsible agro-enterprise investment promoted by the World Bank", available online at http://www.landaction.org/spip/spip.php?article553

[5] "Responsibly destroying the world’s peasantry" by Olivier de Schutter, Brussels, 4 June 2010, http://www.project-syndicate.org/commentary/deschutter1/English

[6] "Why we oppose the principles for responsible agricultural investment", available at http://www.landaction.org/spip/spip.php?article570

[7] See "Dakar appeal against the land grab", which is open for endorsement by organisations until 1 June 2011: http://www.petitiononline.com/dakar/petition.html.

[10] For background see John Lamb, "Sustainable Commercial Agriculture, Land and Environmental (SCALE) management initiative: Achieving a global consensus on good policy and practices", World Bank, July 2009, http://farmlandgrab.org/post/view/7649.

[11] By this we mean, taking possession of and/or controlling a scale of land for commercial and/or industrial agricultural production which is disproportionate in size in comparison to the average land holding in the region.

[12] This consensus is reflected in the work of the UN Special Rapporteur on the Right to Food, Olivier de Schutter. His March 2011 report on agroecology and the right to food captures a large body of today's public opinion on how to move forward. See http://www.srfood.org/index.php/en/component/content/article/1-latest-news/1174-report-agroecology-and-the-right-to-food.

 

========


IL EST TEMPS DE PROSCRIRE L’ACCAPAREMENT DES TERRES, PAS QUESTION DE LE RENDRE “RESPONSABLE” !

Du 18 au 20 avril 2011, une rencontre de 200 investisseurs agricoles, responsables gouvernementaux et fonctionnaires internationaux aura lieu au siège de la Banque mondiale à Washington, afin de discuter la façon “d’opérationnaliser”  les acquisitions foncières à grande échelle de façon responsable. À Rome, le Comité de la sécurité alimentaire mondiale, installé dans les locaux de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, s’apprête à lancer un processus de consultation sur les principes proposés pour réglementer ces transactions. De leur côté, conscients de l’extrême urgence de la situation, les mouvements sociaux et les organisations de la société civile (OSC) se mobilisent pour mettre fin à l’accaparement des terres et défaire les accords déjà en application. Pourquoi La Banque mondiale, les agences onusiennes et bon nombre de gouvernements concernés s’efforcent-ils de favoriser ces accords d’accaparement de terres comme des “investissements agricoles responsables” ?

Aujourd’hui l’accaparement des terres se fait à une allure galopante. Des contrats sont signés, les bulldozers sont déjà au travail, la terre se trouve délimitée de manière brutale et les populations locales sont chassées de leur territoire ; les conséquences sont dévastatrices. Quoiqu’il soit difficile d’obtenir des renseignements précis sur la question, il est clair qu’au moins 50 millions d’hectares de terres fertiles – ce qui suffirait à nourrir 50 millions de familles indiennes – sont, au cours des dernières années, passés des mains des paysans à celles des grandes entreprises et chaque jour, de nouveaux investisseurs se joignent à la ruée.[1] Certains de ces accords sont présentés comme une nouvelle manière de satisfaire les besoins de la sécurité alimentaire de pays qui dépendent des marchés extérieurs pour se nourrir eux-mêmes, comme le Qatar, l’Arabie Saoudite, la Corée du Sud ou la Chine. D’autres sont exposés sans détour pour ce qu’ils sont en réalité : des contrats d’affaires et de nouvelles opportunités de bénéfices très intéressantes. Même si certains États jouent un rôle actif, la plupart de ces transactions se font entre les gouvernements hôtes et des entreprises privées. Les sociétés concernées estiment que 25 milliards de dollars US ont déjà été alloués mondialement et elles se targuent de vouloir multiplier ce chiffre par trois dans un très proche avenir.[2]

 

Les RAI, c’est quoi ?

Inquiets des répercussions possibles que pourrait engendrer la phase actuelle d’accaparement des terres, un certain nombre de gouvernements concernés et d’agences internationales, du Japon au G8, se sont empressés de formuler des critères censés rendre ces transactions acceptables. Parmi ceux-ci, ceux qui ont eu le plus de retentissement sont les « Principes pour des Investissements Agricoles Responsables qui respectent les droits, les moyens de subsistance et les ressources » (RAI) lancés par la Banque mondiale. Les RAI ont fait l’objet d’une formulation commune de la part de la Banque mondiale, du Fond international de développement agricole (FIDA), de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et de l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO).[3] Ils consistent en sept principes auxquels les investisseurs peuvent accepter de se soumettre volontairement quand ils s’engagent dans des acquisitions de terres agricoles à grande échelle (voir encadré). Il est intéressant de noter que les principes RAI n’ont jamais été soumis pour approbation aux instances administratives de ces quatre institutions.

 

Les RAI (ou sept principes pour un accaparement des terres “gagnant-gagnant”) :

1. Droits fonciers et droit aux ressources : Les droits fonciers et les droits aux ressources existants sont reconnus et respectés.

2. Sécurité alimentaire : Les investissements ne mettent pas en péril la sécurité alimentaire, mais la renforcent au contraire.

3. Transparence, bonne gouvernance et création d’un environnement propice : Les processus d’acquisition des terres et les investissements associés sont transparents, font l’objet d’un suivi et garantissent la responsabilité des parties concernées

4. Consultation et participation: Ceux qui sont matériellement affectés sont consultés; les accords issus de ces consultations sont enregistrés et appliqués.

5. Viabilité économique et investissements responsables des entreprises agricoles : Les projets sont viables dans tous les sens du terme ; ils respectent la loi en vigueur, reflètent les meilleures pratiques de l’industrie et ont pour résultat une valeur partagée durable.

6. Durabilité sociale : Les investissements génèrent des effets sociaux et distributionnels désirables et n’augmentent pas la vulnérabilité.

7. Durabilité environnementale : Les effets sur l’environnement sont quantifiés et des mesures sont prises pour encourager une utilisation durable des ressources, tout en minimisant et en réduisant les effets négatifs.

 

Les principaux promoteurs des RAI (depuis 2009) :

Banque mondiale, CNUCED, États-Unis, FAO, FIDA, G8, G20, Japon, Suisse, UE

En avril 2010, 130 organisations et réseaux à travers le monde, dont certaines des plus représentatives des coalitions de paysans, d’éleveurs et de pêcheurs artisanaux, ont dénoncé l’initiative des RAI.  Leur déclaration démythifiait les RAI comme un effort pour légitimer l’accaparement des terres et affirmait qu’il est absolument inacceptable d’encourager les grandes entreprises (étrangères ou nationales) à s’emparer à long terme des terres des populations rurales, quels que soient les principes appliqués.[4]

La déclaration a été entérinée dans le monde entier par bien d’autres groupes et mouvements sociaux après sa publication. Peu de temps après, le Rapporteur spécial des Nations unies sur le Droit à l’alimentation a publiquement critiqué les RAI, les accusant d’être « totalement inadéquats » et déclaré : « Il est regrettable que, au lieu de relever le défi et d’encourager une agriculture durable d’un point de vue social et environnemental, nous agissions comme si accélérer la destruction du monde paysan devait se faire de manière responsable. »[5]

En septembre 2010, la Banque mondiale a publié un rapport très attendu sur les acquisitions de terres à grande échelle. Après deux années de recherche, la Banque n’a pas réussi à trouver d’exemples convaincants de « gains » pour les communautés pauvres ou les pays, mais seulement une longue liste de pertes. En fait, les entreprises et les gouvernements concernés par les accords sur les terres ont refusé de partager avec la Banque mondiale leurs informations concernant les investissements agricoles, ce qui a eu pour résultat que la Banque a dû s’appuyer sur un site Internet (farmlandgrab.org) géré par l’OSC GRAIN pour toute source d’information. Quoique son rapport ait bien fait remarquer l’absence de consultation derrière l’initiative des RAI, la Banque s’obstine à plaider en faveur des RAI.

Malgré un sérieux souci de crédibilité quant à la valeur des RAI en tant que cadre de travail, le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) a débattu  en octobre 2010 une motion pour savoir s’il fallait ou non entériner ce cadre. Certains gouvernements, comme les États-Unis et le Japon y étaient favorables. D’autres, notamment l’Afrique du Sud, l’Egypte au  nom du groupe du Moyen-Orient, et la Chine, ont exprimé très fermement leur opposition, déplorant l’absence d’une consultation appropriée. Une coalition de mouvements et d’organisations a publié une critique détaillée du cadre et des principes RAI avant la réunion du CSA.[6] Ce qui a servi de catalyseur pour les mouvements sociaux ruraux, en particulier ceux qui sont affiliés au Comité international de planification pour la sécurité alimentaire (IPC) et d’autres groupes de la société civile pour faire appel au CSA, lui demandant de rejeter les RAI. Finalement, le CSA n’a pas approuvé les RAI et n’a accepté que de mener un processus inclusif pour examiner les RAI.

À la fin de 2010, on aurait pu penser que la pression exercée d’en haut pour rendre acceptable l’accaparement des terres et en faire une proposition « gagnant-gagnant » était mal en point. Les mouvements sociaux et autres OSC, continuaient, pendant ce temps, à bâtir une opposition populaire aux RAI. Au Forum Social de Dakar en février 2011, les mouvements paysans, les mouvements de défense des droits humains et de la justice sociale, et les organisations environnementales se sont retrouvés pour partager leurs expériences et renforcer leurs luttes contre l’accaparement des terres, en ignorant cette idée absurde de code de conduite. Ils ont lancé un appel public à rejeter les RAI et à résister à l’accaparement des terres ; les soutiens en faveur de cet appel continuent à arriver.[7]

Les partisans des RAI, toutefois, refusent d’abandonner la partie.

Le Bureau du CSA discute actuellement d’une proposition de processus de consultation sur les RAI.[8] Une version initiale, diffusée pour observations, a été violemment critiquée par les mouvements sociaux et les OSC. Le Comité international de planification pour la sécurité alimentaire (IPC) a déclaré qu’il s’opposerait à tout processus visant principalement à minimiser les conséquences négatives des acquisitions foncières à grande échelle et à entériner les RAI. Pour l’IPC, le CSA devrait d’abord analyser si les RAI sont une réponse appropriée aux problèmes existant sur le terrain et recentrer la discussion sur le genre d’investissements agricoles nécessaires pour vaincre la faim et soutenir les petits producteurs, en particulier les femmes. De plus, l’IPC a recommandé que le CSA arrête d’utiliser le terme RAI, car il est très largement associé à l’accaparement des terres, et non à l’investissement agricole. Mais les quatre agences qui soutiennent les RAI semblent bien décidées à poursuivre comme elles l’entendent.

La Banque mondiale vient de publier le programme de sa conférence sur le foncier et la pauvreté qui se tient tous les ans au siège de Washington.[9] Les RAI y seront au cœur de la discussion. L’objectif principal de la Banque est désormais de commencer à « opérationnaliser » les RAI, en s’appuyant sur les expériences déjà disponibles dans d’autres projets de “gouvernance d’entreprises”, comme les Tables rondes sur le soja responsable, l’huile de palme et les biocarburants durables, ou encore l’Initiative pour la transparence des industries extractives.[10]

Entre temps, les pays s’évertuent à contenir une opposition croissante à la ruée mondiale sur les terres. Toutes ces promesses de partenariats « gagnant-gagnant » sonnent bien creux face à ce que représente réellement l’accaparement des terres pour les communautés locales, les petits producteurs et les ouvriers agricoles. Certains gouvernements, comme l’Argentine, le Brésil et la Nouvelle-Zélande, réagissent en promettant une législation destinée à brider ou à réglementer la capacité des investisseurs étrangers à acquérir des terres agricoles sur le territoire national. D’autres, comme le Cambodge, l’Éthiopie et le Ghana n’hésitent pas à utiliser la force brutale pour faire taire l’opposition locale. Durant la campagne pour les élections présidentielles de 2012 au Mali, le parti d’opposition PARENA (le Parti pour la renaissance nationale) a exigé du président Touré qu’il dévoile tous les détails des baux fonciers qui se montent à plusieurs centaines de milliers d’hectares irrigués dans l’Office du Niger. Au Soudan, le pays d’Afrique dont les terres sont le plus “accaparées”, des villageois s’insurgent contre le gouvernement qui s’est emparé de leurs terres.

 

Pourquoi les RAI ne sont pas acceptables

La campagne de promotion des RAI n’a rien à voir avec la promotion de l’investissement en agriculture.  C’est une tentative pour créer l’illusion qu’en respectant une série de normes, les acquisitions foncières à grande échelle peuvent avoir lieu sans provoquer des conséquences désastreuses pour les populations, les communautés, les écosystèmes et le climat. Cette illusion est fausse et trompeuse. Les RAI tentent de masquer les déséquilibres du pouvoir afin que les accapareurs de terres et les autorités nationales qui signent les accords puissent agir à leur guise. Après tout, ce ne sont pas les paysans, les éleveurs ou les pêcheurs qui réclament que leurs terres soient vendues ou bradées !

L’accaparement des terres prive les paysans, les populations autochtones, les pêcheurs et les nomades de vastes étendues de terres, et leur en interdit l’usage, aujourd’hui et demain, mettant sérieusement en péril leurs droits à l’alimentation et la sécurité de leurs moyens de subsistance. L’accaparement des terres capte aussi toutes les ressources en eau existant sur les terres, en amont et aux alentours, résultant de fait en une forme de privatisation de l’eau. L’accaparement des terres est intrinsèquement lié à la violation de la législation internationale sur les droits humains : évictions forcées, réduction des critiques au silence (ou pire), introduction de modèles fonciers et agricoles non durables qui détruisent les environnements naturels et épuisent les ressources naturelles, flagrant déni d’information, et empêchement des personnes de participer aux décisions politiques qui affectent leur vie. Ce sont des faits et des réalités qu’aucune série de principes non contraignants ne pourra jamais compenser. Et ces principes ne peuvent en aucune façon être interprétés et présentés comme des mesures d’intérêt public ou de réglementation nationale.

L’accaparement des terres, qui vise des taux de bénéfices de 20 % pour les investisseurs, est tout bonnement une question de spéculation financière. C’est la raison pour laquelle l’accaparement des terres est totalement incompatible avec la sécurité alimentaire. La production alimentaire en effet ne rapporte qu’entre 3 et 5 %. L’accaparement des terres ne fait qu’aggraver la marchandisation d’une agriculture dont le seul but est la rémunération excessive des capitaux de la spéculation.

Certains croient que la transparence dans les accords d’acquisition de terres peut garantir des résultats “gagnant-gagnant”. Toutefois, même s’il est fait “en toute transparence”, le transfert de vastes étendues de terres, de forêts, de zones côtières et de ressources en eau ne peut que priver les petits producteurs, les éleveurs, les pêcheurs et autres communautés locales de ressources essentielles, absolument vitales pour eux et pour les générations à venir.

Dans beaucoup de pays, il est urgent de renforcer les systèmes de protection des droits fonciers des paysans et des petits producteurs et nombre de mouvements sociaux se battent pour faire reconnaître leurs droits à la terre depuis des années. Les principes RAI enlèveraient toute valeur aux acquis en matière de réforme agraire ou de droits fonciers.

Quant aux grands acteurs du secteur privé, les RAI ne peuvent qu’ajouter un badge de plus à leur panoplie de “bonne gouvernance” : Les RAI sont une espèce de comédie à jouer en public et dont ils peuvent se servir quand cela les arrange. En réalité, ils continueront à s’appuyer sur les accords bilatéraux et les accords d’investissement, les lacunes juridiques, les États complaisants, les polices d’assurance des risques politiques et le soutien des institutions internationales favorables aux RAI, pour protéger leurs intérêts et s’épargner toute répercussion financière douloureuse et toute responsabilité.

Le problème est évident. Ces projets de l’agrobusiness – des 100 000 hectares de Malibya dans l’Office du Niger au Mali aux 320 000 hectares du groupe Beidahuang dans l’État du Rio Negro en Argentine – sont très dangereux et par essence illégitimes. Et tenter de pallier ce manque de légitimité en faisant adhérer les investisseurs à une quelques principes n’est qu’une vaste supercherie.

Investissons dans la souveraineté alimentaire !

Les RAI ne sont pas en phase avec notre époque. Ils symbolisent une vision d’un soi-disant développement agricole – gaz à effet de serre à gogo, gaspillage insensé des carburants fossiles, dilapidation de la biodiversité, privatisation des ressources en eau, érosion des sols, appauvrissement des communautés, système de production dépendant de semences génétiquement modifiées – qui appartient à la poubelle du développement destructeur et non durable du 20è siècle. Nos frères et sœurs arabes sont en train de briser les chaînes des vieux régimes pour recouvrer leur dignité et un espace qui permette l’autodétermination. Nous devons quant à nous briser les chaînes du système agricole et alimentaire dominé par les grandes entreprises.

Plutôt que de le codifier et de le justifier, il faut immédiatement mettre fin à l’accaparement des terres et l’interdire. En d’autres termes, les parlements et les gouvernements nationaux doivent de toute urgence cesser toutes les transactions massives de terres,[11] annuler les accords déjà signés, rendre les terres volées aux communautés et déclarer l’accaparement des terres hors-la-loi. Les gouvernements doivent également cesser d’opprimer et de criminaliser les populations qui défendent leurs terres et libérer les activistes en détention.

Nous réitérons les demandes faites à maintes reprises par les mouvements sociaux, les OSC et de nombreux universitaires : Il faut appliquer de façon immédiate les engagements qui avaient été pris à la Conférence internationale de 2006 sur la réforme agraire et le développement rural, qui est le cadre multilatéral le plus compétent et le plus consensuel qui existe en matière de terres et de ressources naturelles, ainsi que les conclusions de 2008 de l’Évaluation internationale des sciences et des technologies agricoles pour le développement. Nous exhortons aussi le CSA à adopter les Directives de la FAO sur la gouvernance responsable de la tenure des terres et des autres ressources naturelles. Celles-ci sont profondément ancrées dans la législation sur les droits humains et peuvent de ce fait être utilisées de façon effective pour protéger et satisfaire le droit à la terre et aux ressources naturelles de toutes les communautés rurales et urbaines, au niveau national comme international.

Il est indéniable qu’au cours des dernières années, un large consensus s’est fait jour pour proposer des solutions véritables aux problèmes de la faim, de la crise alimentaire et du dérèglement climatique :

-       l’agriculture paysanne, les exploitations familiales, la pêche artisanale et les systèmes autochtones de production alimentaire, qui sont fondés sur des méthodes écologiques et des circuits de commercialisation courts, sont les moyens de parvenir à des systèmes alimentaires durables, sains et capables d’améliorer les conditions de vie ;

-       les systèmes de production, de distribution et de consommation doivent changer radicalement pour pouvoir répondre aux besoins de la population que peut accueillir la Terre

-       de nouvelles politiques agricoles qui correspondent aux besoins et aux propositions des petits producteurs et sont sous leur contrôle direct doivent remplacer les régimes néolibéraux et hiérarchisés actuels qui sont aux mains des grandes entreprises

-       de véritables programmes de réforme agraire et aquatique doivent être mis en œuvre pour rendre leurs terres et leurs écosystèmes aux communautés locales.[12]

Tel est le chemin qui mène à la souveraineté et à la justice alimentaires, un chemin situé aux antipodes d’un accaparement des terres soi-disant “responsable”. Nous continuerons à faire pression et à lutter en ce sens avec l’aide de nos alliés du monde entier.

 

17 avril 2011

 

▪ Amis de la Terre International

▪ Campagne Globale pour la Réforme Agraire

▪ Centro de Estudios para el Cambio en el Campo Mexicano

▪ FIAN International

▪ Focus on the Global South

▪ GRAIN

▪ Land Action Research Network

▪ La Via Campesina

▪ Rede Social de Justiça e Direitos Humanos

▪ World Alliance of Mobile Indigenous Peoples (WAMIP)

▪ World Forum of Fisher Peoples (Forum Mondial des Populations de Pêcheurs)

 


[1] En 2010, la Banque mondiale a rapporté que 47 millions d’hectares avaient été loués ou vendus dans le monde dans la seule année 2009 ; le Global Land Project pour sa part a calculé que 63 millions d’hectares avaient changé de mains rien que dans 27 pays africains. Voir "New World Bank report sees growing global demand for farmland", Banque Mondiale, Washington DC, 7 septembre 2010, http://farmlandgrab.org/post/view/15309, and Cecilie Friis & Anette Reenberg, "Land grab in Africa: Emerging land system drivers in a teleconnected world", GLP Report No. 1, The Global Land Project, Danemark, août 2010, http://farmlandgrab.org/post/view/14816, respectivement.

[2] Cf. High Quest Partners, "Private financial sector investment in farmland and agricultural infrastructure", OECD, Paris, August 2010, http://farmlandgrab.org/post/view/16060.

[3] Les quatre agences ont aussi établi sur Internet une plate-forme d’échanges d’informations sur les RAI :  http://www.responsibleagroinvestment.org/

[4] “Pour un arrêt immédiat de l’accaparement des terres ! Disons NON aux principes promus par la Banque mondiale en vue d’ investissements « responsables » de la part des entreprises agro-alimentaires!”, http://farmlandgrab.org/post/view/12259

[5] “Comment détruire la paysannerie mondiale de manière responsable” par Olivier de Schutter, Bruxelles, 4 juin 2010, http://www.project-syndicate.org/commentary/deschutter1/French

[7] Voir “Appel de Dakar contre les accaparements de terres”, qui peut être signé jusqu’au 1er juin 2011 sur:  http://www.petitiononline.com/accapar/

[10] Pour information, voir John Lamb, "Sustainable Commercial Agriculture, Land and Environmental (SCALE) management initiative: Achieving a global consensus on good policy and practices", Banque Mondiale, juilllet 2009, http://farmlandgrab.org/post/view/7649.

[11] Nous entendons par là la prise de possession ou le contrôle de superficies de terres pour une production commerciale ou agroindustrielle bien supérieures à la taille moyenne des parcelles dans une région.

[12] On retrouve ce consensus dans le travail du Rapporteur spécial des Nations unies pour le Droit à l’Alimentation, Olivier de Schutter. Son rapport de mars 2011 sur l’agroécologie et le droit à l’alimentation tient largement compte de l’opinion publique actuelle sur les manières d’avancer. http://www.srfood.org/index.php/fr/component/content/article/1174-report-agroecology-and-the-right-to-food

Additional information